• Accueil > 
  • Actualités 
  • > Fillette défigurée par un pitbull: l'accusé frappe un huissier et des policiers 

Fillette défigurée par un pitbull: l'accusé frappe un huissier et des policiers

Le service de police de Longueuil s'est rendu... (PHOTO PATRICK SANFACON, LA PRESSE)

Agrandir

Le service de police de Longueuil s'est rendu au domicile de l'accusé, qui vit à Brossard chez sa mère et coaccusée.

PHOTO PATRICK SANFACON, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le propriétaire du pitbull ayant défiguré une fillette de Brossard l'an dernier a frappé un huissier et envoyé deux policiers à l'hôpital en résistant à son arrestation, tôt ce matin.

L'huissier malmené venait chercher Karim Jean Gilles pour l'escorter jusqu'au palais de justice de Longueuil. Le 3 novembre, l'homme de 33 ans a été accusé de négligence criminelle pour avoir laissé sa mère sortir leur chien dangereux sans laisse. Mais il ne s'est jamais présenté en cour.

Appelé en renforts, le service de police de Longueuil s'est rendu au domicile de l'accusé, qui vit rue Marquise, à Brossard, chez sa mère et coaccusée, Hyacinth Parker.

« Les agents sont allés à plusieurs. L'homme semblait vouloir collaborer, il est sorti, et sans aucune mise en garde, il s'est mis à frapper », a raconté à La Presse un porte-parole du service de police.

Assommé, un des agents a perdu connaissance. Un autre policier l'a suivi à l'hôpital « pour des blessures mineures ». 

Karim Jean Gilles est détenu depuis l'incident et pourrait faire face à de nouvelles accusations d'entrave.

Agression armée, conduite dangereuse, refus de donner ses empreintes digitales... l'homme a été accusé à répétition, dans toutes sortes de dossiers. Il a déjà été reconnu coupable de 11 infractions criminelles, y compris pour avoir « provoqué la peur pour nuire à la justice pénale » en harcelant un juge.

L'ex-agent immobilier est membre d'un groupe nord-américain hors-la-loi, les Freeman of the Land, qui ne reconnaissent pas l'autorité de l'État.

Après l'attaque de Vanessa Biron par ses deux chiens, en 2015, il s'était barricadé chez lui. Huit voitures de police avaient bouclé le quartier et l'équipe d'intervention tactique avait dû défoncer la porte. L'agent qui a saisi le chien a eu du mal à le traîner, tellement l'animal se cambrait.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer