Exclusif

Un employé du PQ en concert pour des motards

Peu connu du public, le groupe de motards... (ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Peu connu du public, le groupe de motards Death Messengers a été chargé de vider le local de la section South des Hells Angels, à Longueuil, avant que le bâtiment ne soit détruit, en juillet 2012.

ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un collaborateur du critique péquiste en matière de sécurité publique a récemment occupé le devant de la scène lors du «party annuel» d'un groupe de motards sympathisants des Hells Angels, a appris La Presse.

Gino Boucher, alors attaché politique de Pascal Bérubé à Amqui, était avec son groupe de musique la tête d'affiche d'un rassemblement des Death Messengers organisé le 25 juin dernier à Rimouski.

Selon les réseaux sociaux, des représentants des Bad Disciples - un autre groupe sympathisant des Hells - ainsi que des Dark Soul's - considérés comme associés aux Hells et donc plus près d'eux - ont aussi participé à l'événement.

Ce spectacle aura coûté son emploi à M. Boucher. En entrevue avec La Presse, son ancien patron a confirmé qu'il avait été congédié à la mi-septembre. Le député est tombé sur l'affiche du spectacle en faisant des recherches sur le groupe de motards : il savait que M. Boucher était le chanteur d'Obskur, un groupe de métal actif dans la région depuis plusieurs années.

«J'ai appelé M. Boucher, je lui ai indiqué qu'il était congédié» pour «un manque de jugement que je ne pouvais pas accepter», a indiqué le député de Matane-Matapédia. «La minute que je l'ai su, que j'ai eu la confirmation auprès des autorités [de la nature du groupe], j'ai tout de suite appelé M. Boucher.»

Les choses se sont rapidement enchaînées. «Dans l'après-midi même, M. Boucher n'avait plus accès à son téléphone, à ses clés et à son ordinateur. J'ai une équipe qui s'est assurée de ça», a ajouté M. Bérubé. Il a perdu ses codes d'accès «quelque chose comme 10 minutes après».

Pascal Bérubé assure qu'aucun document ni aucune information sensible n'ont été compromis.

Gino Boucher, joint par téléphone, n'a pas souhaité fournir son point de vue sur les événements. «Pas de commentaire», a-t-il simplement affirmé avant de raccrocher.

Le député a relaté que son ex-employé lui avait avoué connaître un seul individu parmi les Death Messengers locaux.

«Ride annuelle» et musique métal

Le spectacle du 25 juin dernier a eu lieu au «petit pavillon agricole» de Rimouski, sur l'avenue de la Cathédrale. Une affiche annonçait la «ride annuelle» des Death Messengers en après-midi, suivie de «jeux de motos» et du spectacle d'Obskur, le seul groupe à animer la soirée.

«Merci beaucoup à Yvan Ross et à tout le monde de l'organisation», a écrit le lendemain Gino Boucher sur Facebook. «Toujours un plaisir de vous voir exploser sur scène», lui a répondu M. Ross.

Yvan Ross affiche fièrement ses couleurs sur les réseaux sociaux: il porte sa veste officielle des Death Messengers du Bas-Saint-Laurent sur sa photo de profil. Celle-ci, de qualité professionnelle, est semblable à celles d'autres membres du groupe.

Plusieurs autres membres des Death Messengers - y compris des chapitres montréalais - étaient présents au «party annuel» de juin.

Peu connu du public, le groupe a été chargé de vider le local de la section South des Hells Angels, rue Verchères à Longueuil, avant que le bâtiment ne soit détruit, en juillet 2012. Certains de leurs membres ont déjà pris part au traditionnel party de Noël des Nomads de l'Ontario.

La page Facebook de l'événement indique que des membres d'autres groupes de motards devaient être sur place. La Presse n'a toutefois pas pu confirmer que ces individus y étaient bel et bien. Ont notamment confirmé leur présence le président du chapitre des Laurentides des Bad Disciples ainsi qu'un membre du chapitre montérégien des Dark Soul's. Ces individus affichent ouvertement leur appui aux Hells Angels sur leur page Facebook.

Pascal Bérubé s'était fait remarquer en 2014 pour ses attaques soutenues à l'endroit de la ministre de la Sécurité publique Lise Thériault dans le contexte d'une évasion de prison par hélicoptère. Il avait notamment exigé sa démission. Celle-ci s'était plainte de cet acharnement.

- Avec la collaboration de Daniel Renaud

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer