Exclusif

Le FFM en déficit en 2015

La somme des dettes contractées par le Festival... (PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE)

Agrandir

La somme des dettes contractées par le Festival des films du monde s'élève à au moins quatre millions de dollars. Le Festival doit notamment au moins un million à son président, Serge Losique (au centre).

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le Festival des films du monde a passé la dernière année dans le rouge. Selon les états financiers disponibles sur le site de l'Agence du revenu du Canada, le déficit est de 1,1 million de dollars, mais le déficit réel du FFM en 2015 est plutôt de 200 000 $, affirme son président Serge Losique.

À pareille date l'an dernier, M. Losique indiquait que le FFM ne ferait pas de déficit en 2015. « On n'a pas de déficit », disait-il en août 2015. 

Selon les états financiers du FFM disponibles par le biais de l'Agence du revenu du Canada, le FFM a généré des revenus de 1,3 million et des dépenses de 2,4 millions en 2015, d'où le déficit de 1,1 million. Mais voilà, ces chiffres envoyés par le FFM à l'Agence du revenu du Canada seraient incomplets, selon Serge Losique. Ces chiffres ne comprennent pas des dons d'environ 900 000 $ pour l'édition 2015 effectués après le 31 octobre 2015 (dernier jour de l'année financière du FFM), affirme M. Losique. « Le déficit réel est [environ] 200 000 $ », dit M. Losique en entrevue à La Presse

Le FFM enverra plus tard ses états financiers modifiés pour 2015 à l'Agence du revenu du Canada. Tous les organismes de bienfaisance ont six mois après la fin de leur année financière (pour le FFM, la date limite de production de ses états financiers est le 30 avril). M. Losique estime que la situation financière du FFM, qui ne reçoit plus de subventions depuis 2014, « s'est améliorée, point à la ligne » en 2015. « Il y a toujours un léger déficit, c'est normal. Tous les gouvernements ont des déficits », dit-il. 

La 40e édition du FFM, qui a commencé jeudi dernier et se terminera le 5 septembre, a lieu cette semaine alors que plusieurs employés et que la chaîne Cineplex, qui devait être l'un des lieux de projections, se sont retirés à quelques jours de l'événement. Malgré tout, Serge Losique envisage toujours de présenter la 41e édition en 2017. « Ce sera du 24 août au 4 septembre 2017. [...] L'an prochain, ce sera les 40 ans de la compétition officielle des grands festivals [reconnus par l'Association internationale des producteurs de films], c'est le seul reconnu en Amérique du Nord. Et 2017, c'est aussi l'anniversaire de ma ville [le 375e de Montréal] », dit M. Losique. 

Alors que le FFM est dans le rouge, le cinéma Impérial - qui appartient à un autre organisme sans but lucratif dirigé par la famille Losique et qui sera la seule salle où seront projetés les films du FFM cette année - fait actuellement l'objet de « pourparlers » dans le but d'une vente ou d'un partenariat. Selon nos informations, les pourparlers sont particulièrement sérieux avec un acheteur potentiel. Sans confirmer nos informations, François Beaudry-Losique, co-président et directeur général du cinéma Impérial, a convenu tenir des « pourparlers ». « Il y a plusieurs groupes qui sont intéressés à des partenariats. Il n'y a rien encore de ferme [...] L'intention n'est pas nécessairement de vendre », dit M. Beaudry-Losique.

À l'été 2014, une demi-douzaine d'acheteurs potentiels, dont Québecor et la famille Bourgie, ont été approchés par la direction de l'Impérial. Aucune offre d'achat formelle ne s'est toutefois concrétisée pour la salle de 900 sièges située dans le Quartier des spectacles. Au lieu de vendre, l'Impérial a plutôt contracté une hypothèque de deux millions pour aider les finances du FFM, un autre organisme sans but lucratif. L'hypothèque avait notamment permis d'éponger la dette à long du FFM, évaluée à 2,5 millions à l'époque.

De 2011 à 2013, le FFM - qui comptait alors sur des subventions des gouvernements d'environ 1,4 million par an - avait fait des légers déficits : -81 000 $ en 2013, -233 000 $ en 2012 et - 192 000 $ en 2011 (l'année financière du FFM se termine le 31 octobre). En 2014, la SODEC, Téléfilm Canada et la Ville de Montréal ont choisi de retirer leurs subventions au FFM. Lors de cette première année sans subventions, le FFM a dégagé un surplus de 626 000 $, notamment à des dons importants. En 2014, les revenus étaient de 3,967 millions, soit l'équivalent de l'année précédente avec les subventions. En 2015, les revenus du FFM sont passés de 3,967 millions à 1,3 million (M. Losique indique que les revenus réels seront plutôt de 2,2 millions une fois les états financiers modifiés). Les dépenses ont aussi diminué de 3,3 millions à 2,4 millions. 

«Le FFM doit trouver son propre financement ou arrêter»

Avec ce nouveau déficit en 2015, le FFM pourrait-il recourir à la même stratégie - se servir de l'Impérial - pour renflouer ses finances? Serge Losique, qui siège au CA des deux organismes, ne veut pas aborder la question cette semaine. Son fils François Beaudry-Losique n'est pas favorable à cette option - tout comme il avait voté contre la décision de venir en aide au FFM en 2014. « Mon opinion personnellement, c'est qu'on ne doit pas hypothéquer la tour Eiffel pour sauver le Festival de Cannes. [...] Le FFM doit trouver son propre financement ou arrêter. Ça ne serait pas une bonne idée de le refaire », dit M. Beaudry-Losique, qui est minoritaire au conseil d'administration du Centre Cinéma Impérial.

La vente du cinéma Impérial, dont l'évaluation municipale est de 7,9 millions, n'assainirait pas nécessairement les finances du FFM, selon plusieurs personnes bien informées qui doutent que l'Impérial se vendrait à sa valeur foncière. L'immeuble est bien situé pour des promoteurs immobiliers, mais construire des condos serait « techniquement possible mais assez dispendieux », selon François Beaudry-Losique. Sans compter qu'il est impossible de construire un stationnement intérieur. « Mon téléphone est toujours ouvert. On se fait approuver souvent par des courtiers [immobiliers] », dit M. Beaudry-Losique. L'Impérial étant un édifice patrimoine, toute transaction devra être approuvée par le gouvernement du Québec.

S'il y a vente, son montant devra ensuite être amputé des dettes existantes. Québec détient une hypothèque d'environ un million sur l'Impérial à la suite des rénovations au début des années 2000. L'hypothèque contractée par le cinéma Impérial est de deux millions de dollars. Et si l'argent était transféré de l'organisme propriétaire du cinéma Impérial au FFM, il faudrait alors aussi considérer les dettes du festival, et celui-ci doit notamment au moins un million à son président Serge Losique. Ce qui porte le total des dettes à au moins quatre millions de dollars. Sans compter la poursuite de 900 000 $ intentée par la SODEC contre le FFM pour prêt impayé.

_________________________

Après la publication de notre article samedi matin, Serge Losique a contacté La Presse pour apporter des précisions supplémentaires sur les finances du FFM, affirmant que le déficit réel du FFM en 2015 serait en réalité « d'environ 200 000 $ au lieu du 1,1 million tel qu'indiqué dans les états financiers envoyés par le FFM à l'Agence du revenu du Canada.

La Presse avait contacté M. Losique vendredi après-midi pour lui demander des explications au sujet de ce déficit de 1,1 million en 2015. M. Losique n'avait alors pas parlé du «déficit réel de 200 000 $».

Comme tous les organismes de bienfaisance, le FFM a six mois pour envoyer ses états financiers à l'Agence du revenu du Canada. L'année financière du FFM se termine le 31 octobre, l'organisme a donc jusqu'au 30 avril de l'année suivante pour transmettre ses états financiers à l'ARC. M. Losique a indiqué qu'il enverra plus tard une nouvelle version de ses états financiers à l'ARC.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer