• Accueil > 
  • Actualités 
  • > Cycliste tuée: «Il faut interdire les vélos dans certaines rues», plaide son beau-père 

Cycliste tuée: «Il faut interdire les vélos dans certaines rues», plaide son beau-père

Plusieurs collègues et amis de la cycliste Justine Charland... (PHOTO PATRICK SANFACON, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Plusieurs collègues et amis de la cycliste Justine Charland St-Amour se sont rassemblés lundi près de l'endroit où celle-ci a perdu la vie.

PHOTO PATRICK SANFACON, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Justine Charland St-Amour était pratiquement arrivée chez elle, lundi après-midi, lorsqu'elle a été happée par un camion à l'intersection du boulevard Rosemont et de la rue D'Iberville. « Des intersections comme celles-là, il y en a des centaines à Montréal. La solution, c'est peut-être d'interdire les vélos à ces endroits-là », plaide avec désarroi son beau-père, Bernard Pelletier, lui-même cycliste « été comme hiver » depuis 30 ans.

Justine Charland St-Amour... (Photo fournie par la famille) - image 1.0

Agrandir

Justine Charland St-Amour

Photo fournie par la famille

La jeune femme de 24 ans, qui continuait son chemin vers le nord sur la rue D'Iberville lundi après-midi, se rendait non loin de là à son appartement de la rue Molson lorsqu'est survenu l'accident mortel. À cet endroit, situé à près de 350 mètres au sud de la plus proche bande cyclable, la signalisation oblige les poids lourds à tourner à droite pour emprunter le boulevard Rosemont, alors que piétons et vélos peuvent continuer tout droit. Tout indique que le chauffeur du véhicule lourd n'a pas vu la cycliste dans son angle mort en faisant le virage. 

« Je ne suis même pas sûr que Justine a eu le temps de décoller du feu rouge », estime Bernard Pelletier, beau-père de Justine Charland St-Amour.

Chose certaine, il croit que la meilleure solution pour éviter la répétition de drames semblables ne viendra pas de gadgets technologiques. « D'Iberville, c'est une rue que j'évite comme la peste. Dès qu'une rue permet les camions lourds, il ne devrait pas y avoir de vélos qui y circulent. Il faut interdire les cyclistes dans certaines rues », insiste-t-il. 

D'autres rues, comme Papineau, devraient aussi faire l'objet d'une interdiction, ajoute-t-il. 

« Obliger les camions à installer des caméras d'angles morts, ça va coûter une fortune, et il suffit qu'un seul n'en soit pas équipé pour qu'une personne se fasse tuer. Franchement, ce n'est pas une solution », ajoute l'homme qui est entré dans la vie de la victime alors qu'elle n'avait que 8 ans. La famille a été mise au fait du drame en voyant les images diffusées par TVA sur le web. « Quand ils ont dit l'âge de la victime et l'endroit où ça s'est passé, sa mère a tout de suite compris. Ce n'était pas difficile de le deviner », raconte M. Pelletier, qui assistera aujourd'hui aux obsèques de sa belle-fille. « C'est épouvantable de mourir aussi jeune. » 

Pas une solution, croit l'administration Coderre

Appelée à réagir, l'administration Coderre s'est montrée peu encline à interdire les cyclistes sur les artères les plus achalandées. « Dans ce genre de drame, les émotions vécues par la famille et la communauté cycliste leur font peut-être envisager des positions difficiles », a affirmé le conseiller de Rosemont-La Petite-Patrie Marc-André Gadoury, membre d'Équipe Coderre. 

« La Ville de Montréal veut développer son plan de mobilité durable, et l'interdiction de cyclistes sur certaines routes n'est pas souhaitable », estime Marc-André Gadoury.

Pour améliorer la sécurité des cyclistes dans ce secteur, l'administration Coderre a notamment annoncé la mise en place d'une piste cyclable sur le boulevard Rosemont dès 2017.

Pour l'organisme Vélo Québec, la solution prônée par M. Pelletier est tout simplement impraticable. « Interdire les vélos dans une rue, c'est y interdire l'accès aux résidences et aux commerces. Ça ne fonctionne pas », affirme Suzanne Lareau, PDG de l'organisme. 

Projet Montréal, le parti de Luc Ferrandez, abonde en ce sens. « Interdire les cyclistes à certains endroits, ça ramènerait Montréal dans les années 80. Ça ne règle aucun problème, parce que de toute façon, les cyclistes finiront inévitablement par croiser des intersections achalandées, où ont lieu la plupart des accidents », soutient la conseillère Marianne Giguère, porte-parole du parti en matière de transport actif. 

Selon Vélo Québec, 9 % des cyclistes roulent régulièrement sur des voies à fort débit malgré l'inconfort et les risques qu'ils y ressentent. « S'ils le font, c'est parce qu'ils n'ont pas le choix », estime Suzanne Lareau.

Au printemps 2014, un vélo fantôme a été... (Photo d'archives Patrick Sanfaçon, La Presse) - image 2.0

Agrandir

Au printemps 2014, un vélo fantôme a été placé au viaduc Saint-Denis-Des Carrières, à Montréal, pour honorer la mémoire de Mathilde Blais, frappée mortellement par un camion-grue.

Photo d'archives Patrick Sanfaçon, La Presse

______________________________________

Cérémonie de vélo fantôme le 2 septembre

Fidèles à une tradition américaine, des militants pro-cyclistes sont en train de préparer une cérémonie de vélo fantôme le 2 septembre prochain, pour souligner la mort tragique de Justine Charland-St-Amour. La pratique consiste à peindre un vélo en blanc et à l'installer de façon permanente à l'intersection où est survenu l'accident. Créant une sorte de mémorial, le geste vise aussi à mettre de la pression sur la classe politique pour qu'ils adoptent de nouvelles règles de sécurité protégeant les cyclistes. Plusieurs de ces vélos sont installés à Montréal où ont eu lieu des accidents mortels, ces dernières années. On en trouve notamment un rue Saint-Denis, sous le pont d'étagement où la cycliste Mathilde Blais a été happée par un camion au printemps 2014.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer