• Accueil > 
  • Actualités 
  • > Politique linguistique: l'Ontario, bientôt entièrement bilingue? 

Politique linguistique: l'Ontario, bientôt entièrement bilingue?

Le commissaire aux services en français de l'Ontario... (PHOTO TIRÉE DE FACEBOOK)

Agrandir

Le commissaire aux services en français de l'Ontario recommande que la province offre des services en français sur l'ensemble de son territoire.

PHOTO TIRÉE DE FACEBOOK

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Brousseau-Pouliot, Vincent
La Presse

(OTTAWA) L'Ontario doit-il devenir entièrement bilingue ? Le débat a été lancé cette semaine par le commissaire aux services en français de l'Ontario, François Boileau, qui recommande que la province offre des services en français sur l'ensemble de son territoire plutôt qu'à 85 % des Franco-Ontariens, comme c'est le cas actuellement. Une solution « plus simple » que de devenir la deuxième province officiellement bilingue au pays.

Un statut officiel de province bilingue « n'est pas [une] priorité [du gouvernement de l'Ontario] pour l'instant. Le bilinguisme [officiel] de l'Ontario, c'est un beau souhait, mais j'ai d'autre travail très important à faire », dit la ministre déléguée aux Affaires francophones, Madeleine Meilleur, en entrevue à La Presse.

Le gouvernement de l'Ontario est toutefois ouvert à la recommandation du commissaire Boileau d'offrir des services en français sur l'ensemble du territoire. « Je ne peux pas être contre la vertu, c'est sûr que je ne peux pas m'opposer à ça, mais je dois voir les conséquences [notamment sur le plan financier] », dit Mme Meilleur.

« UNE SEULE GRANDE RÉGION » EN FRANÇAIS

Actuellement, 26 régions de la province, qui couvrent 85 % des Franco-Ontariens, sont désignées comme des régions bilingues - ce qui force le gouvernement provincial à offrir des services en français. Environ 15 % des 612 000 Franco-Ontariens, soit environ 92 000 personnes, n'ont pas droit à des services en français. « La province devrait être une seule grande région où l'on reçoit des services en français, explique le commissaire François Boileau. Nous avons des plaintes de parents qui ne sont pas dans les régions désignées et qui reçoivent des documents [des agences de santé publique, notamment] seulement en anglais. Ça n'a aucun sens, vous faites affaire avec une école de langue française. »

« Il y a un élan avec les 400 ans de présence francophone en Ontario [fêtés l'an dernier], je sens une ouverture de la part des trois partis à Queen's Park. La table est mise pour une belle réflexion positive, sans débats lourds et acrimonieux. Le mot officiel peut être lourd, c'est pour ça que je n'ai pas été dans cette direction-là. Une seule région bilingue, c'est plus simple », continue M. Boileau.

Si le statut officiel de province bilingue ne fait pas partie de ses priorités, le gouvernement libéral de Kathleen Wynne a présenté en février dernier des excuses officielles à la communauté franco-ontarienne pour le Règlement 17, qui a interdit l'enseignement et l'utilisation du français dans les écoles primaires de 1912 à 1927 (ce droit à l'enseignement primaire et secondaire dans leur langue leur a été reconnu officiellement en 1984). Le gouvernement de l'Ontario travaille aussi actuellement sur un projet d'université franco-ontarienne dans la région de Toronto. Le Canada compte une seule province officiellement bilingue, le Nouveau-Brunswick.

612 000
Nombre de Franco-Ontariens

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer