• Accueil > 
  • Actualités 
  • > La vidéo de la décapitation de John Ridsdel diffusée sur le web 

La vidéo de la décapitation de John Ridsdel diffusée sur le web

John Ridsdel avait été enlevé par des membres du... (PHOTO ARCHIVES AFP/FOURNIE PAR EASTMINCOM)

Agrandir

John Ridsdel avait été enlevé par des membres du groupe armé Abou Sayyaf en compagnie d'un autre Canadien, Robert Hall, d'un Norvégien et d'une Philippine en septembre dernier dans une marina située sur l'île de Samal, dans le sud du pays.

PHOTO ARCHIVES AFP/FOURNIE PAR EASTMINCOM

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Colin Perkel
La Presse Canadienne

Les militants islamistes d'Abou Sayyaf, aux Philippines, ont publié une vidéo montrant la décapitation du Canadien John Ridsdel, a annoncé un groupe américain qui surveille les sites web des djihadistes, mardi.

M. Ridsdel, un résidant de Calgary âgé de 68 ans, est l'un des quatre touristes à avoir été enlevés le 21 septembre dernier par les combattants d'Abou Sayyaf dans une marina située sur l'île de Samal, dans le sud de l'archipel. Les autres personnes enlevées sont le Canadien Robert Hall, le Norvégien Kjartan Sekkingstad et la Philippine Marites Flor.

Dans une série de messages sur Twitter, la directrice de SITE Intelligence Group, Rita Katz, a rapporté que, selon la vidéo, John Ridsdel avait été exécuté le 25 avril parce que le gouvernement canadien n'avait pas respecté les demandes de l'organisation islamiste.

Elle a ajouté que la vidéo était «cruelle, barbare, extrêmement explicite et très dérangeante».

Une autre vidéo diffusée par Abou Sayyaf montre MM. Hall et Sekkingstad ainsi que Mme Flor en compagnie de militants qui menacent de les décapiter aussi si leurs exigences ne sont pas satisfaites.

Dans cette deuxième vidéo, qui a été fournie à La Presse Canadienne par SITE, les trois otages implorent le gouvernement du Canada et des Philippines de les aider alors que des combattants armés et masqués se tiennent debout derrière eux.

M. Ridsdel a été exécuté après qu'Abou Sayyaf eut réclamé une somme colossale pour sa libération.

Le premier ministre Justin Trudeau a affirmé que le Canada ne verserait pas un sou aux ravisseurs.

«Payer une rançon pour des Canadiens mettrait en danger la vie de chacun des millions de Canadiens qui vivent, travaillent et voyagent à travers le monde chaque année», avait-il déclaré la semaine dernière.

Un haut dirigeant de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) avait révélé sous le couvert de l'anonymat, la semaine dernière, que la police nationale avait ouvert une enquête criminelle concernant le meurtre de John Ridsdel. Il avait précisé que la GRC avait invoqué les dispositions extraterritoriales du Code criminel pour mener son investigation outre-mer.

Le corps de M. Ridsdel a été retrouvé par des villageois près de la ville de Talipao, dans la province de Sulu. La police avait découvert sa tête dans la ville de Jolo, aussi dans la province de Sulu.

Affaires mondiales Canada a recommandé aux Canadiens d'éviter tout voyage dans la région de l'archipel de Sulu et dans la portion méridionale de la mer de Sulu en raison des risques d'enlèvements et de la présence de pirates.

Les enlèvements ont poussé des milliers de soldats philippins à fouiller la jungle de Sulu à la recherche des militants, qui sont soupçonnés de détenir environ 22 autres étrangers en otages.

Abou Sayyaf est considéré comme un groupe militant violent dans le sud-ouest des Philippines, qui est aux prises avec un soulèvement musulman depuis plusieurs années, et a été accusé d'avoir commis de nombreux attentats terroristes dans le pays.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer