• Accueil > 
  • Actualités 
  • > Laval: un deuxième policier suspendu pour avoir heurté un véhicule à un feu rouge 

Laval: un deuxième policier suspendu pour avoir heurté un véhicule à un feu rouge

Alors qu'il répondait à un appel d'urgence pour... (PHOTO OLIVIER JEAN, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Alors qu'il répondait à un appel d'urgence pour aller aider un autre policier, David Levasseur a embouti un véhicule en traversant une intersection à haute vitesse.

PHOTO OLIVIER JEAN, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Pour la deuxième fois cette année, le Comité de déontologie policière a imposé une suspension de huit jours à un patrouilleur du Service de police de Laval (SPL) qui avait percuté le véhicule d'un citoyen en brûlant un feu rouge. Quelques instants avant l'impact, l'agent David Levasseur roulait à plus de 100 km/h, soit deux fois plus vite que la limite permise.

David Levasseur et son collègue Mathieu Langlois, des patrouilleurs du quartier Sainte-Rose, ont répondu à une demande de renfort le 19 août 2013, vers 11 h 33, pour assister un policier « dans le trouble ». Celui-ci venait de se blesser à un genou dans une altercation avec un automobiliste. L'agent Levasseur a d'abord emprunté le boulevard Sainte-Rose, dans le nord-ouest de l'île Jésus, puis a bifurqué vers le sud sur le boulevard Curé-Labelle, une artère importante de la ville.

Trois kilomètres plus loin, à l'approche de la desserte de l'autoroute 15, les policiers constatent que des véhicules sont immobilisés au feu rouge dans deux voies, mais que celle de droite est libre. Ils roulent alors à 109 km/h dans une zone de 50 km/h. L'agent Levasseur appuie alors sur l'accélérateur pour traverser l'intersection sans vérifier si d'autres véhicules sont présents. Quatre minutes se sont passées depuis l'appel d'urgence.

Trois secondes avant l'impact, l'agent Levasseur appuie modérément sur les freins en apercevant un véhicule s'engageant dans l'intersection pour aller emprunter l'autoroute 15. Or, une seconde avant l'impact, la vitesse des policiers atteignait toujours 84 km/h. Impossible, donc, d'éviter la collision avec le véhicule du citoyen. Sous la force de l'impact, sa voiture s'est retrouvée dans le fossé, mais le conducteur s'en est tiré avec des blessures mineures, à l'instar des deux agents.

L'agent Levasseur, policier du SPL depuis 2008, reconnaît qu'il aurait pu éviter la collision en réduisant sa vitesse pour s'assurer qu'il n'y avait pas de danger. Il s'est d'ailleurs dit « sincèrement désolé de la situation ». À noter que l'agent Levasseur avait patrouillé toute la nuit et effectuait des heures supplémentaires ce matin-là.

« La gravité de l'inconduite de l'agent Levasseur se caractérise par le fait que même si les gyrophares de son véhicule et la sirène étaient en fonction, il ne s'est pas assuré que, en tout temps alors qu'il franchissait l'intersection, la voie était libre et que les conducteurs avaient tous conscience de sa présence, que sa manoeuvre était comprise et qu'ils acceptaient de lui céder la priorité de passage », a indiqué le Comité de déontologie dans sa décision du 15 avril.

Un accident pratiquement identique impliquant une policière du SPL s'était produit quelques mois plus tôt, le 7 mars 2013, à Laval. L'agente Jessica St-Pierre s'est vu imposer une suspension de huit jours en février dernier par le Comité de déontologie pour avoir heurté une voiture en brûlant un feu rouge, alors qu'elle répondait à un appel d'urgence. L'agente St-Pierre roulait également à plus de 100 km/h tout juste avant la collision survenue sur le boulevard Samson, à l'intersection de l'autoroute 13.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer