• Accueil > 
  • Actualités 
  • > Les taxis ne sont pas les principaux concurrents d'Uber, selon un directeur 

Les taxis ne sont pas les principaux concurrents d'Uber, selon un directeur

Le directeur juridique d'Uber Canada a affirmé que son entreprise n'est pas... (Archives La Presse Canadienne, Ryan Remiorz)

Agrandir

Archives La Presse Canadienne, Ryan Remiorz

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Lauren Krugel
La Presse Canadienne

Le directeur juridique d'Uber Canada a affirmé que son entreprise n'est pas effrayée par le développement d'applications concurrentes des compagnies de taxis.

Jeremy Millard, qui est entré en poste chez Uber, l'été dernier, après des années comme avocat plaidant pour de grands cabinets, a déclaré que les taxis ne sont pas la concurrence principale d'Uber, mais bien la possession privée d'une voiture.

Il a livré ces commentaires au cours d'une conférence de l'Association canadienne des conseillers (ères) en juridique d'entreprises à Calgary, en Alberta.

Le milieu du taxi proteste depuis des mois contre le service Uber dans diverses villes du pays. Les chauffeurs de taxis dénoncent le fait que les pilotes Uber ne soient pas soumis aux mêmes règles.

M. Millard a dit qu'il navigue au travers des questions de règlementation ces jours-ci puisque les villes canadiennes doivent apprendre à gérer se secteur naissant et aucune ne veut encadrer le service de la même manière.

Il a donné l'exemple de petites différences entre les règlements adoptés par certaines villes, qui peuvent avoir un grand impact sur les entreprises comme Uber. Il a fait, à ce sujet, une comparaison entre les villes d'Edmonton et de Calgary.

Le règlement adopté par les conseillers municipaux d'Edmonton exige que Uber verse 50 000 $ par année à l'administration municipale, en plus de six cents par course. Pendant ce temps, à Calgary, les charges imposées aux conducteurs atteignent les 220 $ par année pour une licence d'exploitation.

Bien qu'Uber soit satisfaite du règlement d'Edmonton, le service n'est pas très populaire, pour l'instant, dans la capitale de l'Alberta. Les activités ont d'ailleurs été mises sur la glace après que le gouvernement provincial eut annoncé qu'il ne serait pas en mesure de protéger les conducteurs par une assurance d'ici l'été.

Uber a par ailleurs indiqué qu'elle n'exploite plus son service à Calgary en vertu d'un règlement adopté en février, qu'elle juge trop strict.

Établie en Californie, Uber est une entreprise basée sur une application permettant aux citoyens de commander un taxi qui est en fait un citoyen au volant de sa propre voiture. Les courses à bord des voitures Uber coûtent généralement moins chères qu'une course en taxi traditionnel.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer