• Accueil > 
  • Actualités 
  • > Des manifestations dans plusieurs régions contre la réforme de l'aide sociale 

Des manifestations dans plusieurs régions contre la réforme de l'aide sociale

Le projet de loi 70 contre lequel ces... (Photo archives La Presse)

Agrandir

Le projet de loi 70 contre lequel ces groupes protestent lierait le versement de prestations, pour un premier demandeur d'aide sociale, à l'obligation de participer à un parcours d'emploi et à accepter un emploi jugé convenable, à défaut de quoi la prestation serait réduite.

Photo archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Lia Lévesque
La Presse Canadienne

Des manifestations ont eu lieu dans plusieurs villes du Québec, mercredi, contre le projet de loi sur l'aide sociale qui cible les premiers demandeurs de prestations.

À Montréal, ils étaient environ 150 à manifester devant un Centre local d'emploi dans le sud-est de la ville - un quartier populaire.

De semblables manifestations avaient lieu en Estrie, au Saguenay-Lac-Saint-Jean, en Abitibi, dans Lanaudière, à Québec, dans Chaudière-Appalaches, sur la Côte-Nord, en Montérégie et dans le Bas-Saint-Laurent.

Le projet de loi 70 contre lequel ces groupes protestent instaure le «Programme objectif emploi», qui vise à offrir aux prestataires visés un «accompagnement personnalisé en vue d'une intégration en emploi». En clair, le projet de loi lierait le versement de prestations, pour un premier demandeur d'aide sociale, à l'obligation de participer à un parcours d'emploi et d'accepter un emploi jugé convenable, à défaut de quoi la prestation serait réduite.

Ces groupes font valoir que la prestation de 623$ pour une personne seule est déjà peu élevée pour parvenir à combler ses besoins en logement, nourriture et transport.

«On voit que les personnes assistées sociales se retrouvent avec de moins en moins, toujours du cas par cas, des mesures discriminatoires pour évaluer leur condition, plutôt que de leur faire confiance et de considérer que ce ne sont pas les seuls responsables de leur exclusion du marché du travail. Il y a aussi d'autres facteurs à considérer», a plaidé Yann Tremblay-Marcotte, du Front commun des personnes assistées sociales, au cours d'une entrevue lors de la manifestation montréalaise.

Certains aspects du projet de loi ont été dénoncés, plus tôt cette semaine, par la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse. De même, la Protectrice du citoyen, Raymonde Saint-Germain, a exprimé «de sérieuses réserves» concernant l'application du projet de loi.

Le ministre nouvellement responsable du dossier, François Blais, a semblé ouvert à certains accommodements, mais les opposants au projet de loi préfèrent ne pas relâcher la pression avant d'être certains qu'il modifiera en profondeur le projet de loi ou l'abandonnera.

«Tant qu'on n'a pas d'engagement clair de la part du ministre, on ne peut pas dire qu'il y a un recul; c'est pour ça qu'on ne le croira pas tant qu'il n'aura pas pris des engagements clairs là-dessus», a prévenu M. Tremblay-Marcotte.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer