Centre Mélaric: nouvel appel à l'aide de la directrice

Le Centre Mélaric.... (PHOTO TIRÉE DU SITE INTERNET DE LA MAISON MÉLARIC.)

Agrandir

Le Centre Mélaric.

PHOTO TIRÉE DU SITE INTERNET DE LA MAISON MÉLARIC.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Malgré un réinvestissement de 6 millions promis par Québec dans les centres de désintoxication, le Centre Mélaric, situé dans les Laurentides, ne pourra pas rouvrir dans l'immédiat. Une dette évaluée à près de 350 000$ paralyse ses opérations. «Humblement, je lance un nouvel appel à l'aide à la population», implore sa directrice, Lise Bourgault.

Le centre accueillait 75 personnes aux prises avec des problèmes de toxicomanie, mais a dû fermer, à la mi-janvier, après que Québec eut réduit de 747$ à 200$ les allocations d'aide sociale versée aux bénéficiaires inscrits en désintoxication. Le gouvernement Couillard s'est engagé hier à compenser les établissements touchés par la mesure. Mais l'engagement n'efface pas la dette évaluée à 350 000$ accumulée par le Centre au cours des derniers mois.

«Nous cherchons maintenant des gens pour éponger cette dette, dit Mme Bourgault. Nous allons lancer une campagne de financement. Je viens de contacter le député fédéral de la région, Stéphane Lauzon, pour voir ce qu'il peut faire».

Le député fédéral d'Argenteuil-La Petite Nation, Stéphane Lauzon, dit vouloir d'abord voir les livres du Centre Mélaric avant de s'investir dans une éventuelle campagne de financement. «On n'appuie pas une cause comme ça sans savoir dans quoi on s'embarque. Je veux savoir pourquoi ils ont un tel déficit et je veux connaître leur plan», a-t-il déclaré.

La dette du centre est en partie due aux changements dans les règles d'attribution de l'aide sociale, mais aussi a des déficiences de gestion, admet la directrice. «On ne le cache pas. Il y a eu des problèmes par le passé. L'ancien directeur général est retombé dans ses démons. Il y a eu des déductions à la source qui n'ont pas été payées. Mais depuis juillet 2013, nous nous sommes repris en main. Nous avons nommé un nouveau conseil d'administration et les choses vont mieux», assure Mme Bourgault.

«Si tous les gens qui sont passés par le Centre Mélaric au cours des 30 dernières années envoyaient un peu d'argent à notre fondation, on pourrait régler ça très rapidement», ajoute la directrice. 

Aucune date n'est avancée par la direction du Centre Mélaric pour une éventuelle réouverture.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer