• Accueil > 
  • Actualités 
  • > Réfugiés: quatre employés à Toronto pour le prix d'un à Montréal 

Réfugiés: quatre employés à Toronto pour le prix d'un à Montréal

Ratna Omidvar (au centre) a fondé voilà un... (Photo Chris Young, La Presse Canadienne)

Agrandir

Ratna Omidvar (au centre) a fondé voilà un an Lifeline Syria, une organisation aidant les Torontois à parrainer des familles de réfugiés. Le groupe de bénévoles évalue avoir contribué à faire parrainer 330 familles, soit de 1300 à 1600 réfugiés.

Photo Chris Young, La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(TORONTO) Le salaire de 1800$ par jour versé au consultant embauché par Montréal pour coordonner l'arrivée des réfugiés syriens en a surpris plusieurs à Toronto. Pour le même prix, la Ville Reine emploie quatre personnes pour faire ce travail. Et ce, sur une base permanente.

Vague de réfugiés ou pas, la Ville de Toronto a jugé bon de créer en 2013 le Bureau des nouveaux arrivants. Sa tâche est de coordonner les services municipaux et communautaires offerts aux immigrants nouvellement arrivés dans la métropole canadienne.

«Avec tous les conflits dans le monde, la crise environnementale que l'on vit, c'est une tâche permanente. Ça ne va pas s'estomper. Aujourd'hui, ce sont les Syriens. Demain, ce sera ailleurs. Ça fait partie de la réalité de notre ville», explique le conseiller municipal Joe Mehevc, l'un des élus ayant appuyé la création du Bureau.

Le besoin de coordination est important à Toronto, où l'on compte pas moins de 244 groupes communautaires différents offrant des services spécifiquement aux réfugiés.

Personne à la Ville de Montréal n'assurant un tel rôle, l'administration Coderre a mis sur pied il y a un mois à peine un comité pour préparer la réponse de la Ville. Le maire a embauché Michel Dorais, un ancien sous-ministre fédéral à l'Immigration, pour coordonner ces efforts pendant trois mois, à un tarif de 1800$ par jour.

En comparaison, le Bureau des nouveaux arrivants de Toronto dispose d'un budget annuel de 450 000$, soit d'environ 1800$ par jour. Environ 80% de la facture est couverte par une subvention de Citoyenneté et Immigration Canada renouvelable chaque année. Pour l'accueil des réfugiés syriens, Toronto a également voté un budget supplémentaire de 600 000$, qui servira notamment à créer un registre des logements disponibles pour ceux-ci.

L'un des principaux rôles du Bureau est de s'assurer que les nouveaux arrivants sont pris en compte par chacun. Toronto travaille à une nouvelle politique d'habitation? L'équipe de la principale responsable, Vera Dodic, s'assure que celle-ci tienne compte des besoins des immigrants récents.

Mardi soir, le Bureau des nouveaux arrivants a organisé une foire à l'hôtel de ville de Toronto pour aider ceux qui parraineront des familles de réfugiés syriens à mieux connaître les services offerts dans la Ville Reine. «Les nouveaux arrivants qui arrivent - et ce sera le cas avec les réfugiés syriens - ne connaissent pas les services que la Ville offre. Les parrains non plus ne connaissent pas les services qui existent à Toronto parce que pour la plupart, ils n'ont pas eu à les utiliser», explique Vera Dodic.

En chiffres

75 000

Nombre d'immigrants choisissant de s'établir dans la région de Toronto chaque année, contre 35 000 pour Montréal

48%

Proportion d'immigrés dans la population de la Ville de Toronto, contre 33% à Montréal

7,6%

Taux de chômage à Toronto chez les personnes nées au Canada, contre 7% à Montréal

14,7%

Taux de chômage chez les immigrés récents à Toronto, contre 18,5% à Montréal

6,7%

Taux de chômage chez les personnes ayant immigré depuis plus de 10 ans à Toronto, contre 9,5% à Montréal

Source: Statistique Canada

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer