• Accueil > 
  • Actualités 
  • > Front commun du secteur public: les négos vont bien, dit la CSQ 

Front commun du secteur public: les négos vont bien, dit la CSQ

La présidente de la Centrale des syndicats du... (PHOTO ROBERT SKINNER, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

La présidente de la Centrale des syndicats du Québec, Louise Chabot

PHOTO ROBERT SKINNER, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Lia Lévesque
La Presse Canadienne

Malgré les déclarations du président du Conseil du trésor, Martin Coiteux, voulant que le front commun intersyndical et lui soient à «des années-lumière» l'un de l'autre, les négociations ont toujours cours à Québec et elles se déroulent même bien, selon la présidente de la Centrale des syndicats du Québec, Louise Chabot.

«Le rythme aux tables de négociation, à la table centrale, est quand même important depuis le dépôt de la contre-proposition et on continue d'avancer», a résumé Mme Chabot au cours d'une entrevue avec La Presse Canadienne, mercredi.

«Au niveau du rythme, au niveau des échanges, ça se déroule bien», a-t-elle précisé.

Le front commun se fait discret depuis le dépôt de sa contre-proposition afin de ne pas risquer de nuire aux négociations.

Le front commun, qui représente 400 000 des 500 000 employés de l'État, avait déposé sa contre-proposition le 18 novembre dernier. Il avait abaissé ses demandes initiales quant aux salaires de 4,5 pour cent par année pendant trois ans pour les porter à 2,9 pour cent la première année. Pour les deux années suivantes, il demande au minimum 2 pour cent, soit l'Indice des prix à la consommation, plus un rattrapage salarial de 1 pour cent et 0,5 pour cent par année si la croissance du produit intérieur brut est supérieure à 1 pour cent.

De plus, le front commun avait reporté la grève de trois jours qu'il devait tenir les 1er, 2 et 3 décembre, afin de marquer ainsi sa volonté de négocier.

Mais le président du Conseil du trésor avait aussitôt qualifié cette contre-proposition d'inacceptable et avait parlé d'impasse. Il avait soutenu que la contre-proposition du front commun était «à des années-lumière» de la position du gouvernement du Québec. Or, il semble que la réalité soit tout autre aux tables de négociation, confirment aussi d'autres sources syndicales.

«Nous, on croit que le mouvement qu'on a fait permet ces avancées-là. Je pense que c'est ça le signal qu'on a voulu donner et ça porte fruit. On a, en plus, suspendu trois jours de grève nationale - ce qui n'est pas rien - pour donner l'espace à la négociation», a souligné Mme Chabot.

De son côté, Québec offre à l'ensemble des employés de l'État deux années de gel salarial et trois années avec des augmentations limitées à 1 pour cent par année.

La CSQ a justement réuni son conseil général de négociation à Québec mercredi et elle a manifesté en fin d'après-midi, devant les bureaux du Conseil du trésor, en portant des lanternes pour faire un clin d'oeil aux «années-lumière» du ministre Coiteux.

La CSQ représente les deux tiers des enseignants du primaire et du secondaire, en plus des professionnels de l'éducation, du personnel de soutien scolaire et d'infirmières.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

  • Le front commun en grève le 9 décembre

    Actualités

    Le front commun en grève le 9 décembre

    Le front commun prévoit une nouvelle journée de grève, cette fois le 9 décembre. « Il reste des blocages importants, c'est pour ça qu'on annonce une... »

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer