Un nouveau livre évoque les colères de Rob Ford

L'extrait d'un nouveau livre à paraître qui laisse croire que l'ex-maire de... (Photo archives Reuters)

Agrandir

Photo archives Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Colin Perkel
La Presse Canadienne
Toronto

L'extrait d'un nouveau livre à paraître qui laisse croire que l'ex-maire de Toronto, Rob Ford, a vociféré des menaces contre sa femme soulève d'autres questions sur le soutien public de M. Ford au chef conservateur en cette fin de campagne.

M. Ford, aujourd'hui conseiller municipal, qui a déjà dit qu'il aimerait briguer de nouveau la mairie en 2018, était aux premières loges d'un rassemblement de Stephen Harper plus tôt cette semaine, aux côtés de son frère Doug Ford. Il doit aussi coanimer un événement pro-Harper, samedi, à 48 heures du scrutin.

Le récit d'une dispute entre M. Ford et sa femme, Renata, se trouve dans un extrait d'un nouveau livre écrit par l'ancien chef de cabinet du maire, Mark Towhey. M. Ford a affirmé à La Presse Canadienne, jeudi, qu'il ne commentait pas sur ce que les gens écrivent ou ont écrit à son sujet, disant «leur souhaiter la meilleure» des chances.

L'extrait, publié dans le magazine Maclean's, brosse un portrait sombre d'un homme hors de contrôle avant que ses frasques - notamment mises au jour par une vidéo semblant le montrer en train de fumer du crack - ne le rendent tristement célèbre.

Dans l'extrait, M. Towhey fait état d'un appel téléphonique qu'il dit avoir reçu tôt un matin de juin 2012. À l'autre bout du fil, écrit-il, se trouvait un maire agité et en colère affirmant à son chef de cabinet qu'il venait de se disputer avec son épouse. M. Towhey aurait entendu celle-ci en arrière-plan crier et supplier son mari.

M. Towhey affirme que M. Ford semblait «hors de contrôle», et qu'il a laissé tomber au bout du fil qu'il allait «la tuer». Certains des propos du maire et de sa femme ont été jugés inappropriés pour publication par Maclean's.

«Les deux se lancent des injures. Je ne peux pas tout entendre, mais ce n'est pas joli», écrit l'ancien chef de cabinet.

Pendant une heure et quarante minutes, alors que M. Towhey écoute et tente de calmer le maire, selon l'extrait, le chef de cabinet en vient à se demander s'il ne devrait pas appeler le 9-1-1.

«Je le jure, je vais la tuer», aurait dit à un certain moment M. Ford, selon M. Towhey, le maire ajoutant qu'elle s'était emparée de son arme à feu et était montée à l'étage supérieur.

Renata Ford n'a pu être jointe pour commenter dans l'immédiat. Le livre doit paraître le 10 novembre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer