Les chauffeurs de taxi manifestent contre Uber

Dans la capitale belge comme à Montréal, le...

Agrandir

Dans la capitale belge comme à Montréal, le spectacle était le même : une longue file de taxis, à perte de vue, roulant à très basse vitesse jusqu'à l'aéroport.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

De Bruxelles à Ottawa, en passant par Montréal, des centaines de chauffeurs de taxi à bout de nerfs ont manifesté mercredi pour exiger des autorités compétentes, notamment le gouvernement Couillard, qu'elles légifèrent contre Uber, ce « transport illégal ». Cette mobilisation survient alors que la Ville de Montréal a annoncé qu'elle irait de l'avant avec son importante réforme du taxi en janvier prochain.

Dans la capitale belge comme à Montréal, le spectacle était le même : une longue file de taxis, à perte de vue, roulant à très basse vitesse jusqu'à l'aéroport. Si, à Bruxelles, le coup d'éclat a paralysé la circulation sur certaines autoroutes, faisant rater leur vol à bien des passagers, à Montréal, tout s'est relativement bien déroulé. Les taxis sont partis mercredi matin d'un quartier industriel du quartier Pointe-Saint-Charles et ont roulé jusqu'à un débarcadère de l'aéroport Trudeau, qui serait utilisé illégalement par des chauffeurs d'Uber.

Le Regroupement des travailleurs autonomes Métallos (RTAM), qui organisait la manifestation, réclame que Québec prenne officiellement position contre UberX. « Les propriétaires et chauffeurs de taxis et limousines et leurs familles subissent chaque jour l'inaction du gouvernement dans ce dossier [...] Ainsi, le patrimoine investi par de nombreuses familles et institutions financières du Québec est en baisse du fait de cette inaction », soutient Benoit Jugand, porte-parole du RTAM, dans un communiqué.

À partir du 1er janvier 2016, le nouveau règlement sur le transport par taxi sera en vigueur, a annoncé mercredi la Ville de Montréal à la suite d'une décision du comité exécutif. « [Il] nous permettra d'aller plus loin, avec des modifications réglementaires et donc des obligations de conformité quant à l'âge des véhicules, l'installation de caméras de sécurité, la révision du programme de formation continue et l'amélioration du code vestimentaire, le tout, évidemment, dans l'objectif d'améliorer l'expérience des clients », a expliqué le maire de Montréal, Denis Coderre, dans un communiqué.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer