• Accueil > 
  • Actualités 
  • > Arctique: 2e mission canadienne de cartographie des fonds marins 

Arctique: 2e mission canadienne de cartographie des fonds marins

Des experts en géologie et en hydrographie, à... (PHOTO JONATHAN HAYWARD, ARCHIVES PC)

Agrandir

Des experts en géologie et en hydrographie, à bord du navire de la Garde côtière canadienne (NGCC) Louis S. St-Laurent, «vont recueillir des données sur le fond marin du bassin eurasien qui se trouve du côté est de la dorsale de Lomonossov», a indiqué le ministre canadien des Affaires étrangères Rob Nicholson.

PHOTO JONATHAN HAYWARD, ARCHIVES PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
OTTAWA

Le Canada a annoncé vendredi une nouvelle mission scientifique en Arctique afin de cartographier les fonds marins pour étayer auprès de l'ONU son dossier de revendication sur le plateau continental que convoitent également la Russie et le Danemark.

Des experts en géologie et en hydrographie, à bord du navire de la Garde côtière canadienne (NGCC) Louis S. St-Laurent, «vont recueillir des données sur le fond marin du bassin eurasien qui se trouve du côté est de la dorsale de Lomonossov», a indiqué le ministre canadien des Affaires étrangères Rob Nicholson.

Le navire va appareiller d'Halifax pour rejoindre le brise-glace NGCC Terry Fox au large des côtes de Terre-Neuve-et-Labrador qui lui ouvrira la route dans l'océan Arctique jusqu'au port de Tromso, en Norvège, afin d'embarquer du personnel scientifique et technique pour six semaines de relevés jusqu'à fin août.

L'été dernier, une mission similaire avait sillonné la partie orientale de la dorsale de Lomonossov, cette chaîne de montagnes sous-marine de quelque 1800 kilomètres de long qui relie les rivages russes et canadiens en passant à la verticale du Pôle Nord.

Le Canada et la Russie se disputent la souveraineté du Pôle Nord. Fin 2013, le gouvernement canadien avait déposé aux Nations unies un dossier visant à prolonger les limites de son plateau continental au-delà de la Zone économique exclusive (ZEE) des 200 miles marins (321 km), dans le cadre de la Convention de l'ONU sur le droit de la mer.

Ces relevés sont «une étape de plus vers la concrétisation de la vision de notre gouvernement pour l'Arctique, y compris des frontières clairement établies et la reconnaissance de l'étendue totale du plateau continental du Canada dans l'océan Arctique», a déclaré Rob Nicholson.

En définissant l'étendue de leurs plateaux continentaux, la Russie et le Canada, ainsi que les trois autres États riverains de l'Arctique (Danemark, Norvège, États-Unis), lorgnent les gisements d'hydrocarbures que renfermerait le sous-sol du Pôle Nord.

Ces études et relevés «sont essentiels afin d'exercer nos droits souverains sur les ressources naturelles du plateau continental étendu du Canada dans l'océan Arctique», a estimé Greg Rickford, ministre canadien des Ressources naturelles.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer