Barreau du Québec: Lu Chan Khuong lance une poursuite

Lu Chan Khuong... (Photothèque Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Lu Chan Khuong

Photothèque Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Lu Chan Khuong, bâtonnière du Québec suspendue depuis le début du mois, vient de lancer une poursuite contre le Barreau et ses administrateurs afin d'être réintégrée dans ses fonctions. Elle réclame en outre 95 000$ en dommages exemplaires.

L'avocate de Québec s'estime «victime d'une basse stratégie électorale visant à lui faire perdre son poste de bâtonnière» conçue par un conseil d'administration et des gestionnaires qui «ont agi de mauvaise foi».

Me Khuong «sollicite la permission de réintégrer immédiatement son poste de bâtonnière avec tous ses attributs», explique la requête, qualifiant cette demande d'«urgente». «La réintégration de [Me Khuong] dans ses fonctions viendrait permettre de redresser la situation de crise actuelle au sein de la gouvernance du Barreau.»

Début juillet, La Presse a révélé que celle qui a remporté la dernière élection au bâtonnat avait fait l'objet d'une plainte à la police pour vol à l'étalage dans un magasin Simons du Carrefour Laval, en avril 2014. Cette plainte a toutefois été déjudiciarisée avant le dépôt d'accusations formelles. En entrevue, l'avocate a juré qu'il s'agissait d'une simple erreur d'inattention et que cette affaire n'aurait jamais dû se retrouver entre les mains d'un procureur de la Couronne.

Il y a une dizaine de jours, la bâtonnière suspendue avait mis en demeure les membres du Conseil d'administration du Barreau, leur demandant de s'excuser publiquement et de la réintégrer dans ses fonctions. Elle passe maintenant de la parole aux actes en saisissant les tribunaux de ses demandes.

Dans sa poursuite, Me Khuong reproche notamment à la majorité des administrateurs du barreau «de mépriser le choix démocratique des électeurs, et ce, par la création d'un C.A. obscur, parallèle et illégal». Elle allègue avoir été victime d'un stratagème pour l'écarter de son poste et être maintenant «trait[ée] comme une criminelle» dans les communications et les actes du Barreau.

C'est cette «mauvaise foi» alléguée et les «comportement[s] hautement repréhensible[s]» la visant qui - aux yeux de Me Khuong et de ses avocats - ouvrent la voie à la réclamation de 95 000$ en dommages exemplaires à différents administrateurs et gestionnaires de l'organisation.

Elle plaide aussi que le conseil d'administration n'avait pas le droit de la suspendre, et surtout pas sans lui avoir donné le temps de s'expliquer convenablement.

Le Barreau du Québec n'a pas réagi, hier.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

  • Affaire Khuong: le Barreau durcit le ton

    Actualités

    Affaire Khuong: le Barreau durcit le ton

    Le Barreau du Québec vient d'accuser sa bâtonnière suspendue de faire la promotion d'une «théorie du complot» dans la poursuite qu'elle a déposée... »

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer