• Accueil > 
  • Actualités 
  • > Langue française: rassemblement pour soutenir la mairesse de Longueuil 

Langue française: rassemblement pour soutenir la mairesse de Longueuil

Caroline St-Hilaire... (PHOTO ÉDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE)

Agrandir

Caroline St-Hilaire

PHOTO ÉDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Lia Lévesque
La Presse Canadienne

Un rassemblement citoyen aura lieu mardi soir à Longueuil, en appui à la mairesse Caroline St-Hilaire, qui a été victime de menaces après avoir critiqué un conseiller qui insistait pour traduire systématiquement ses interventions en anglais.

La tenue de ce rassemblement citoyen, qui doit avoir lieu devant l'hôtel de ville de Longueuil mardi à 18h, a été annoncée par divers groupes de défense de la langue française, lundi, de même que des représentants du Parti québécois, du Bloc québécois et d'Option nationale.

La mairesse de Longueuil a déjà demandé au gouvernement du Québec - en vain - de renforcer la Charte de la langue française.

La Loi 101 stipule que le français est la langue commune et celle de l'administration publique. Toutefois, des exceptions sont accordées pour les municipalités ayant une majorité d'anglophones. Or, Longueuil est très majoritairement francophone; 96 pour cent des citoyens y comprennent le français. Mais la grande ville compte des quartiers ou arrondissements qui ont une certaine proportion d'anglophones, bien qu'ils n'y soient pas majoritaires, comme Greenfield Park - d'où l'insistance du conseiller municipal Robert Myles à traduire systématiquement ses interventions en anglais.

Le rassemblement citoyen doit d'ailleurs précéder une assemblée du conseil.

«Il s'agit d'appuyer la mairesse St-Hilaire, qui a fait preuve d'un courage exemplaire dans sa défense du principe du français langue commune et aussi qui a également fait preuve de courage alors qu'elle a été l'objet de menaces de mort et de propos haineux - ce qui est vraiment déplorable, évidemment», a expliqué au cours d'une entrevue Maxime Laporte, président général de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal.

«Bien sûr, il faut souligner ce courage-là de la mairesse St-Hilaire, mais, en même temps, est-ce que c'est normal d'avoir à faire preuve de courage pour simplement défendre ou relater la normalité et notre volonté de vivre - pas de survivre - en français? Est-ce que les Italiens doivent faire preuve de courage pour vivre en italien? Est-ce que les Japonais doivent faire preuve de courage pour vivre en japonais? Je ne crois pas. Ici, pour toutes sortes de raisons historiques et politiques, on est obligé de faire preuve de courage pour simplement vivre dans la normalité souhaitée», a lancé M. Laporte.

Il n'a pas voulu avancer de chiffres quant à la participation attendue à ce rassemblement.

Les menaces et propos haineux dans les médias sociaux dont il parle sont entre autres des commentaires faisant référence au fascisme et à Mussolini, qui avait été «suspendu à un crochet de viande». Mme St-Hilaire avait confirmé sur sa page Facebook avoir été l'objet de ces propos, en ajoutant qu'elle ne céderait pas à de telles «tentatives d'intimidation». Le Service de police de la Ville de Longueuil s'était aussi fait plus vigilant à la suite de ces menaces contre la mairesse.

Jointe au téléphone lundi, l'attachée de presse de la mairesse, Marie-Ève Imonti, n'a pas voulu commenter «pour le moment» la tenue de ce rassemblement pour l'appuyer. Elle a toutefois précisé que la mairesse St-Hilaire allait faire «une déclaration au sujet de la langue demain soir (mardi), justement, au conseil de ville».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer