• Accueil > 
  • Actualités 
  • > Université Dalhousie: le rapport sur les propos sexistes est dévoilé 

Université Dalhousie: le rapport sur les propos sexistes est dévoilé

La faculté de dentisterie de l'Université Dalhousie, à... (PHOTO ANDREW VAUGHAN, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

La faculté de dentisterie de l'Université Dalhousie, à Halifax.

PHOTO ANDREW VAUGHAN, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alison Auld
La Presse Canadienne
Halifax

Un rapport sur des commentaires misogynes écrits sur une page Facebook par des étudiants en dentisterie de l'Université Dalhousie, à Halifax, révèle que cette page Facebook avait commencé comme un exercice visant à créer des liens entre eux, mais est vite devenue offensante.

Le rapport dévoilé vendredi affirme que le processus de justice réparatrice a révélé une culture marquée par un manque de professionnalisme et un fort esprit de compétition au sein de la faculté.

Les membres s'interpellaient de manière souvent crue, visant à choquer, est-il écrit dans le rapport de 70 pages.

Le groupe d'hommes sur Facebook a commencé comme une occasion de tisser des liens, mais est devenu un endroit pour évacuer leurs frustrations, souvent d'une manière qui n'était pas saine et parfois très choquante.

Le rapport a été réalisé après que quatre étudiantes se furent plaintes en décembre que la page Facebook en question présentait du contenu misogyne et sexuellement offensant.

L'université a lancé un processus de justice réparatrice pour résoudre les plaintes formulées sur ces commentaires.

L'institution d'enseignement a dit que les femmes de la faculté avaient elles-mêmes choisi cette façon de procéder, qui était informelle et confidentielle, et à laquelle tous les étudiants pouvaient participer.

Malgré les conclusions du rapport, l'université a déclaré que le comité des normes académiques avait jugé que les hommes mis en cause dans cette affaire pouvaient obtenir leur diplôme s'ils respectent toutes les exigences cliniques.

Le rapport du processus de justice réparatrice a aussi relevé que certains participants estimaient que les comportements racistes, misogynes et homophobes n'étaient pas gérés adéquatement, au milieu de rumeurs de favoritisme et de manque de professionnalisme.

Le recteur de l'Université Dalhousie, Richard Florizone, a déclaré que les étudiants et les étudiantes avaient investi 1500 heures dans le processus et l'a qualifié de «succès».

«Les hommes ont pris la responsabilité de leurs actions et ont compris le tort qu'ils ont causé», a-t-il dit en conférence de presse. «Ils se sont excusés à celles qui ont été les plus touchées.»

Il a aussi soutenu que le processus choisi par l'université pour gérer le scandale était le meilleur.

«Dès le début, nous avons tenté de ne pas sauter aux conclusions ni de balayer ce problème sous le tapis», a ajouté M. Florizone. «Nous savions qu'en tant qu'université, nous avions l'obligation d'apprendre de tout cela et l'obligation d'éduquer.»

Les hommes membres de la page Facebook ont supposément voté pour l'étudiante de la faculté avec laquelle ils aimeraient avoir des relations sexuelles brutales et haineuses et ont blagué au sujet de l'utilisation du chloroforme sur les femmes.

Les étudiants ont été temporairement suspendus en janvier après avoir commencé le processus, qui visait 29 étudiants sur les 38 de la classe de quatrième année.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer