Un cégépien se dit «soldat du califat»

Sur son compte Twitter, Imad Rafai se définit par... (PHOTO TIRÉE DE FACEBOOK)

Agrandir

Sur son compte Twitter, Imad Rafai se définit par l'expression Jund Al-khilafah, ou « soldat du califat » en arabe.

PHOTO TIRÉE DE FACEBOOK

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Silencieux depuis leur disparition en janvier, deux élèves du collège de Maisonneuve soupçonnés d'avoir quitté le pays pour aller rejoindre des djihadistes outre-mer viennent de réapparaître soudainement sur les réseaux sociaux, où l'un d'eux semble maintenant s'identifier comme un « soldat du califat ».

La semaine dernière, Imad Rafai a mis à... (CAPTURE D'ÉCRAN TIRÉE DE FACEBOOK) - image 1.0

Agrandir

La semaine dernière, Imad Rafai a mis à jour son profil Facebook pour la première fois depuis le 11 janvier, évoquant en termes vagues son départ du Canada.

CAPTURE D'ÉCRAN TIRÉE DE FACEBOOK

Le compte Twitter d'Imad Rafai montre maintenant qu'il se définit par l'expression Jund Al-khilafah, ou « soldat du califat » en arabe.

Il ne donne pas d'explication à ce sujet. Le groupe État islamique, qui se bat en Syrie et en Irak, dit avoir établi un califat, un territoire gouverné par un calife qui se veut le successeur du prophète Mahomet. Mais le nom « soldats du califat » réfère aussi à un groupe terroriste algérien, anciennement affilié à Al-Qaïda, qui a prêté serment d'allégeance l'an dernier au groupe État islamique. Imad Rafai est lui-même d'origine algérienne.

En plus de son compte Twitter, le jeune homme a mis à jour son profil Facebook pour la première fois depuis le 11 janvier. Il y évoque en termes vagues son départ du Canada.

« Celui qui s'enfuit de la terre de mécréance vers la terre d'Islam pour préserver sa religion en espérant la récompense d'Allah et en voulant donner la victoire à l'Islam va trouver sur terre une subsistance abondante et des bienfaits énormes. Allah, vraiment, ne manque jamais à sa promesse. », peut-ont lire sur sa page.

Une des personnes qui ont « aimé » cette publication sur Facebook est Ouardia Kadem, une autre élève du collège de Maisonneuve, dont la disparition, avec une demi-douzaine d'amis de Montréal et de Laval, a été signalée à la mi-janvier. Depuis, elle n'avait pas donné signe de vie, elle non plus.

L'Équipe intégrée de la sécurité nationale, un groupe de policiers chargés de la lutte contre le terrorisme et coordonné par la Gendarmerie royale du Canada, n'a jamais fait le point publiquement sur le sort des jeunes soupçonnés d'avoir voulu rejoindre des combattants considérés comme terroristes par le Canada.

Elle a toutefois arrêté deux autres élèves du collège de Maisonneuve soupçonnés d'avoir voulu se joindre aux mêmes djihadistes et accusés d'avoir eu en leur possession des éléments qui entrent dans la fabrication d'explosifs.

Elle a aussi arrêté préventivement un autre jeune Montréalais, Merouane Ghalmi, qui a dû s'engager devant la cour à ne pas communiquer avec des groupes terroristes ou des gens qui se trouvent en Syrie, foyer du groupe armé État islamique. L'une des premières choses qu'a faites Ghalmi après avoir pris cet engagement a été de couper ses liens sur Facebook avec Mohamed Rifaat, un des jeunes élèves disparus en janvier.

Prudence, affirme un chercheur

Mais selon Amarnath Amarasingam, chercheur à l'Université Dalhousie d'Halifax qui étudie les Canadiens adeptes de l'extrémisme islamiste, il faut demeurer très prudent avec l'information tirée des profils de ces jeunes.

« Parfois, ils donnent leur compte à quelqu'un d'autre qui peut continuer à l'alimenter à leur place. Et il y en a qui prétendent être en Syrie alors qu'ils sont réellement au Canada. Ça devient un jeu très compliqué à suivre. »

Le chercheur trouve « étrange » de voir des jeunes réapparaître en ligne après des mois d'absence sans donner la moindre explication et remarque qu'Imad Rafai ne donne que peu d'indices qui permettraient de confirmer l'endroit où il se trouve.

Personne n'a répondu hier lorsque La Presse a tenté de joindre les familles d'Imad Rafai et Ouardia Kadem à Montréal. Les deux jeunes n'ont pas répondu à nos questions sur Facebook.

Un autre des disparus, Mohamed Rifaat, avait mis à jour son profil Facebook à quelques reprises depuis sa disparition, mais il demeure silencieux depuis la fin de mars. Il n'a jamais expliqué publiquement où il se trouve. Dans le contexte, un de ses derniers messages prenait une tournure énigmatique : « Patience, disait-il. L'aide d'Allah finit toujours par arriver. »

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer