• Accueil > 
  • Actualités 
  • > Mort du sergent Doiron: les soldats canadiens n'auraient pas commis de faute 

Mort du sergent Doiron: les soldats canadiens n'auraient pas commis de faute

Le sergent Doiron a été tué le 6... (Photo Lars Hagberg, La Presse Canadienne)

Agrandir

Le sergent Doiron a été tué le 6 mars par un tir fratricide dans un échange de coups de feu avec les forces kurdes, que les soldats canadiens assistent et conseillent dans le cadre de cette mission contre le groupe armé État islamique (ÉI).

Photo Lars Hagberg, La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Murray Brewster
La Presse Canadienne

Le Chef d'état-major de la défense de l'armée canadienne a laissé entendre dimanche que les soldats canadiens ne seraient pas à blâmer pour la mort du sergent Andrew Doiron, qui avait été abattu par un tir ami dans le cadre de l'intervention militaire du Canada en Irak.

Le général Tom Lawson a précisé que l'épuisement des troupes kurdes - qui se battent depuis des mois contre le groupe armé État islamique - pourrait avoir mené au drame.

Il a ainsi révélé plusieurs indices sur les conclusions des trois enquêtes qu'avait lancées l'armée après la mort du soldat canadien. Le sergent Andrew Doiron avait été tué accidentellement par les Kurdes, le 6 mars dernier, pendant la nuit, près d'un poste d'observation au nord de l'Irak.

Le plus haut dirigeant des Forces armées canadiennes a fait ces commentaires après un discours du premier ministre Stephen Harper à la base militaire du Koweït, où les soldats canadiens sont établis.

Le premier ministre sera informé des résultats des enquêtes d'ici un mois, a indiqué le général Lawson.

Les enquêteurs ont aussi rédigé des recommandations afin d'éviter qu'un tel drame se reproduise. Tom Lawson a suggéré que les forces spéciales canadiennes éviteraient maintenant de se rendre dans les zones touchées par des combats récents.

Avant la mort du sergent Doiron, les soldats kurdes avaient essuyé plusieurs tirs des extrémistes dans cette région.

Le général Lawson s'est par ailleurs engagé à dévoiler les grandes lignes de l'enquête criminelle de la police militaire, de l'enquête technique des forces spéciales et l'évaluation des forces spéciales américaines.

Durant sa visite en Irak, le premier ministre Harper a été confronté à plusieurs questions sur la mort du sergent Doiron. Il a dit espérer qu'un tel drame n'entache pas la réputation des troupes kurdes.

M. Harper a conclu son voyage en livrant un discours à forte saveur électorale devant les militaires canadiens qui mènent les frappes aériennes en Irak et en Syrie.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer