• Accueil > 
  • Actualités 
  • > Le cardinal Turcotte est parti «dans la paix et la sérénité» 

Le cardinal Turcotte est parti «dans la paix et la sérénité»

Christian Lépine et Jean-Claude Turcotte, en 2012.... (PHOTO PAUL CHIASSON, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

Christian Lépine et Jean-Claude Turcotte, en 2012.

PHOTO PAUL CHIASSON, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

L'ancien archevêque de Montréal, le cardinal Jean-Claude Turcotte, est parti dans la sérénité, dans la dignité et avec un sourire en coin, ont confié mercredi ceux qui l'ont côtoyé jusqu'aux tout derniers instants.

Le cardinal Turcotte est décédé à 1 h 15, mercredi matin, à l'âge de 78 ans. Il se trouvait alors à l'Oasis de Paix, l'unité de soins palliatifs de l'Hôpital Marie-Clarac dont il avait lui-même approuvé la construction il y a quelques années.

«Rarement voit-on autant de dignité chez quelqu'un qui s'en va, a dit la médecin en chef de l'hôpital, la docteure Maria Karas. Il avait toujours un magnifique sourire en coin, il était toujours d'accord, il avait confiance. Le cardinal est vraiment parti en dignité.»

L'actuel archevêque de Montréal, Christian Lépine, a affirmé en entrevue, mercredi, que des membres de la famille du cardinal Turcotte l'avaient accompagné sans interruption lors des dernières heures de sa vie. Lorsqu'il l'a vu pour la dernière fois, il y a quelques jours, le patient lui est apparu fragile, mais serein et lucide.

De l'existence du cardinal Turcotte, son successeur retient son grand souci des pauvres, en particulier des sans-abri. Son souci de transmettre les valeurs de partage et de miséricorde l'a toujours habité, selon le chef de l'Église montréalaise.

«C'était un vrai pasteur, a de son côté déclaré la directrice-générale de l'Hôpital Marie-Clarac, mère Pierre-Anne Mandato. Il m'avait dit, «Quand je serai mieux, je vais vous aider en visitant et en consolant les autres malades'.»

L'aumônier de l'unité des soins palliatifs, le père Jean-Marc Barreau, a dit que tout a été mis en oeuvre pour éviter à monseigneur Turcotte ce qu'il redoutait le plus, à savoir la dépendance et la souffrance.

«Il est décédé comme il a vécu, c'est-à-dire dans la paix, dans la sérénité et dans la vérité, a confié le père Barreau. C'était un homme excessivement humain et profondément spirituel, et il l'a vécu jusqu'à ses derniers jours. Il a donné sa vie au Québec et il a pensé aux Montréalais et aux Montréalaises jusqu'à ses derniers moments de lucidité.»

Jean-Claude Turcotte souffrait depuis plusieurs mois de graves complications liées au diabète et le 24 mars dernier. Samedi dernier, on apprenait que sa santé était désormais très fragile, mais que son état était stable.

Le cardinal Lépine a indiqué que les détails sur les funérailles de Jean-Claude Turcotte seront dévoilés jeudi, au plus tard. Entre-temps, les fidèles sont invités à venir se recueillir lors d'une messe spéciale que Mgr Lépine présidera à 17h00. Mercredi, en la cathédrale Marie-Reine-du Monde.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer