• Accueil > 
  • Actualités 
  • > Déclin de l'option souverainiste: les immigrants n'y sont pour rien, dit un chercheur 

Déclin de l'option souverainiste: les immigrants n'y sont pour rien, dit un chercheur

Si 70% des Québécois dits

Agrandir

Si 70% des Québécois dits "de souche" étaient pour l'indépendance, le fait que les immigrants ne soient pas sympathiques à la cause ne la ferait pas échouer», estime le professeur de sociologie à l'UQAM Rachad Antonius.

Photo d'archives, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Pierre Karl Péladeau n'a pas tort de dire que les immigrants sont instrumentalisés par le fédéral dans le débat national, estime le professeur de sociologie à l'UQAM Rachad Antonius. Mais à ses yeux, les néo-Québécois ne sont pour rien dans les déboires du mouvement indépendantiste.

M. Péladeau a affirmé mercredi soir que le temps pressait pour le mouvement souverainiste. «On n'a pas 25 ans», a-t-il dit, affirmant que la démographie et l'immigration jouent contre le projet de pays.

Le candidat à la direction du Parti québécois a précisé qu'il souhaite faire «contrepoids à l'énorme machine de propagande fédérale», qui a la mainmise sur l'immigration.

À cet égard, M. Péladeau n'a pas tort, estime M. Antonius, de la Chaire de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté de l'UQAM.

«On instrumentalise les immigrants du côté fédéral pour qu'ils jouent un rôle dans ce sens, a-t-il dit. Le gouvernement fédéral en a toujours été conscient. À preuve, au référendum de 1995, le taux d'octroi de la citoyenneté a augmenté.»

Mais si le mouvement indépendantiste bat de l'aile, les immigrants n'y sont pour rien, poursuit le chercheur. C'est plutôt «l'ouverture sociale réelle» qui a été faite aux francophones au cours des dernières décennies qui explique le déclin de l'option.

«On peut être francophone et s'exprimer, résume M. Antonius. On n'est plus discriminé en tant que francophone comme on l'était il y a 40 ans. C'est pour ça que le projet a moins d'appuis.»

«Si 70% des Québécois dits «de souche» étaient pour l'indépendance, a-t-il ajouté, le fait que les immigrants ne soient pas sympathiques à la cause ne la ferait pas échouer.»

Selon les données du ministère de l'Immigration, de la Diversité et de l'Inclusion, plus de 470 000 immigrants se sont installés au Québec de 2003 à 2012. Québec estime que du nombre, plus de 350 000 habitaient toujours dans la province, en 2014.

Les trois quarts des immigrants se sont installés dans l'île de Montréal (59,6%), à Laval (8,2%) ou à Longueuil (7,2%). Québec (5%) et l'Outaouais (2,9%) sont les principaux pôles à l'extérieur de la région métropolitaine.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer