Hiver glacial, souris envahissantes

L'absence de prédateurs naturels sur l'île de Montréal... (PHoto Heinz-Peter Bader, archives Reuters)

Agrandir

L'absence de prédateurs naturels sur l'île de Montréal fait en sorte que la population de souris n'est pas contrôlée. «Il y en aurait des millions», selon Harold Leavey, dirigeant des Entreprises Maheu Extermination.

PHoto Heinz-Peter Bader, archives Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Hugo Meunier
Hugo Meunier
La Presse

L'hiver rigoureux a considérablement augmenté la présence des rongeurs - surtout les souris - à l'intérieur de nos maisons, constatent des exterminateurs joints par La Presse.

Le spécialiste en gestion parasitaire et dirigeant des Entreprises Maheu Extermination, Harold Leavey, calcule que les appels pour des souris ont «facilement grimpé» de 30% cette année. «C'est en grande partie à cause du froid du début de l'hiver, suivi d'un redoux qui a provoqué l'inondation de terriers de souris. Le retour du froid a ensuite forcé les souris à chercher refuge dans les maisons», raconte M. Leavy.

Outre le froid, plusieurs autres facteurs expliquent la présence des rongeurs, comme le vieillissement du parc immobilier et les ordures à la traîne dans certains quartiers. Dans le premier cas, les bâtiments s'effritent et offrent aux souris moult occasions de se faufiler au chaud. «Ça prend un trou d'une grosseur d'une pièce de 10 sous pour leur permettre de s'introduire», note Harold Leavey.

L'absence de prédateurs en milieu urbain favorise également leur prolifération. «Nos chats sont obèses, dégriffés et pas très dangereux», ajoute l'entomologiste. Selon lui, Montréal abriterait d'ailleurs un nombre incalculable de souris. «Il y en aurait des millions et des millions, c'est impossible de savoir combien exactement tellement elles se reproduisent. Il y en a beaucoup plus que les rats, mais leur impact est beaucoup moindre.»

Et une fois que les souris s'invitent chez vous, les vrais problèmes commencent. «Chaque femelle souris met au monde entre 8 et 15 souris tous les 25 jours et les souriceaux sont eux-mêmes prêts à se reproduire 40 jours après leur naissance», explique M. Leavey.

Autre problème: si la plupart des souris vont à l'extérieur dès le retour du beau temps, ce n'est pas nécessairement le cas de celles nées dans les maisons.

Les souris s'installent souvent aux étages supérieurs d'un bâtiment. Comme les mâles dominants ne se tolèrent pas, ils migrent à plusieurs endroits d'un bâtiment en différents cheptels. «Les trappes à souris fonctionnent seulement au début. Mais comme la reproduction est trop rapide, ça ne suffit alors plus à la tâche!»

L'entreprise AJS Extermination constate aussi une recrudescence d'appels pour les souris. «Le climat instable chamboule tout. Février a été très froid et les souris n'ont pas voulu quitter leurs refuges», observe l'employé Raoul Jacques.

Chez Central Extermination, le propriétaire Frank Pulchini reconnaît que le problème existe, mais l'estime semblable aux années passées.

Pas des grains de café...

«Au début, j'ai vu des excréments sous mon évier. Je pensais que c'était des grains de café, mais le lendemain, il y en avait encore plus», raconte Sophie Charest, dont le condominium du Plateau héberge des rongeurs depuis quelques semaines.

En discutant avec des voisins, Mme Charest a réalisé ensuite que le problème était répandu. «Ma voisine en a même vu une passer dans son salon», raconte Mme Charest qui, pour sa part, n'a encore vu aucune de ses pensionnaires.

Elle a cru avoir réglé le problème en installant des trappes et en colmatant un petit trou sous l'évier, en vain. Un exterminateur s'est rendu hier sur place pour traiter plusieurs logements de l'immeuble. «Il faut que ça se règle vite, parce que ça se reproduit super vite!», lance Mme Charest. Malgré le stress causé par le problème, elle prend les choses avec philosophie. «C'est moins pire que si des rats, des punaises de lit ou des coquerelles couraient sur ma table de cuisine.»

Les autres dangers

Les rats aussi

En plus des souris, il y a beaucoup plus de rats cette année. Harold Leavy montre du doigt l'état décrépit du système d'égouts, qui permet aux rats de s'introduire dans les maisons. Les nombreuses ruptures de canalisation recensées cet hiver envenimeraient aussi la situation. «Les rats transportent toutes sortes de maladies, qu'ils transmettent par leurs excréments. Au cours de l'histoire, ils ont tué plus de monde que toutes les guerres ensemble», souligne l'exterminateur.

Le fléau numéro 1

Les punaises de lit demeurent le fléau principal en gestion parasitaire. «C'est pire que jamais. On en retrouve même de plus en plus dans des CLSC, des hôpitaux et des écoles», explique Harold Leavy, qui anticipe un été infernal à cet égard. «Elles sont présentement en dormance et ralentissent leur métabolisme. Leur cycle de vie est de 80 jours l'hiver et de 40 l'été», explique-t-il. Les punaises de lit ont une étonnante capacité d'adaptation, ce qui complique leur éradication. 

Alerte à la phosphine

Harold Leavy met en garde la population contre les méthodes artisanales contre les punaises de lit. En Alberta, une famille a récemment utilisé des pesticides à base de phosphine. Les deux plus jeunes enfants ont succombé à leur exposition à cette substance hautement toxique. Les quatre autres membres de la famille ont tous été intoxiqués. Santé Canada vient de publier une mise en garde sur la dangerosité de ces pesticides, dont l'usage est interdit au Canada.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer