Importante restructuration à la Sûreté du Québec

À peine arrivé, le nouveau patron de la Sûreté du Québec Martin Prud'homme... (PHOTO IVANOH DEMERS, archives LA PRESSE)

Agrandir

PHOTO IVANOH DEMERS, archives LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) À peine arrivé, le nouveau patron de la Sûreté du Québec Martin Prud'homme décrète des changements importants à la haute direction de la Sûreté du Québec en réduisant le nombre de directeurs généraux adjoints.

Dans un courriel interne, M. Prudhomme arrivé le 27 octobre, annonce des fusions de directions, un véritable tremblement de terre au 11e étage de Parthenais.

De cinq actuellement, ces hauts dirigeants passeront à quatre, éventuellement à trois seulement. Déjà responsable de l'intégrité de l'État, Jocelyn Latulippe s'occupera aussi des enquêtes criminelles, une charge de travail énorme pour ce cadre qui était, a-t-on appris, l'un des aspirants à la succession de Mario Laprise. La nouvelle direction s'appellera «Enquêtes et sécurité de l'État».

Luc Fillion reste responsable du territoire - des patrouilleurs - mais s'occupera en plus des affaires corporatives dont s'occupait Marcel Savard. Cette fonction sera graduellement abolie. Le chef de cabinet du DG, Mario Lacroix, recevra plus de mandats dans cette modification.

Gaétan Guimond qui s'occupait des enquêtes criminelles devient conseiller-cadre, relevant directement de Martin Prud'homme. 

Marcel Savard, un autre candidat à la succession de Mario Laprise, s'occupera des questions autochtones et de la sécurité des Palais de Juscice.

À un autre niveau, Michel Forget qui s'occupait des communications passe aux enquêtes criminelles où il secondera Latulippe. Il sera remplacé par le capitaine Jean Finet aux communications.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer