Le maire de Cookshire s'en prend aux Esséniens

Le maire de Cookshire-Eaton, Noël Landry... (Photo La Tribune)

Agrandir

Le maire de Cookshire-Eaton, Noël Landry

Photo La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le maire de la petite communauté de Cookshire-Eaton, en Estrie, a reproché hier à l'Ordre des Esséniens de faire fi des règlements de la municipalité où ils ont élu domicile.

Noël Landry s'est dit particulièrement fâché de constater que le groupe spirituel refusait tout net de payer sa facture de taxes foncières depuis 2007, année où ce dernier a acquis un grand domaine boisé dont la valeur est maintenant évaluée à 2,9 millions.

C'est « un village dans une ville qui est réfractaire à tout ce qui est d'ordre réglementaire », a dénoncé le maire sur les ondes du 107,7 FM, une station de radio de la région. M. Landry avait refusé d'accorder une entrevue à La Presse dans le cadre du dossier paru hier.

Noël Landry a ajouté qu'il avait « beaucoup » de problèmes à faire respecter ses règlements municipaux par l'Ordre des Esséniens. La situation n'est « pas facile », a-t-il ajouté.

Au premier chef, le paiement des impôts fonciers. Depuis l'achat du domaine, les Esséniens refusent de payer un sou de taxes municipales en plaidant que l'ensemble de leur domaine est un terrain utilisé à des fins de culte.

« C'est un peu comme si vous aviez à Sherbrooke une rue avec une église et un presbytère. Et toute la rue arrive et ne paie pas de taxes », a dénoncé le maire Landry. « L'ensemble de la population de la ville paie pour les routes qui vont là, pour les poubelles, pour les services sanitaires [les fosses septiques], la Sûreté du Québec, le service incendie. Tout ça a un prix. »

Pour la première fois cette année, Cookshire-Eaton refuse de se ranger aux arguments des Esséniens et entend bien se faire payer sa facture de taxes municipales. Le directeur général et l'inspectrice de la municipalité ont indiqué à La Presse que l'hôtel de ville lancerait des procédures légales pour récupérer son dû si le groupe refusait de payer les 33 000 $ réclamés cette année.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer