• Accueil > 
  • Actualités 
  • > Le syndicat des policiers demandera des hausses salariales substantielles 
Exclusif

Le syndicat des policiers demandera des hausses salariales substantielles

Actuellement, les policiers de Montréal contribuent à la... (PHOTO MATHIEU WADDELL, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Actuellement, les policiers de Montréal contribuent à la hauteur de 24% à leur caisse de retraite, comparativement à 76% pour la Ville. Le projet de loi 3 prévoit le partage 50-50 des cotisations entre employés et employeurs.

PHOTO MATHIEU WADDELL, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les policiers de Montréal attendent les élus partisans du projet de loi 3 «dans le détour». Le président de la Fraternité des policiers de Montréal, Yves Francoeur, exigera des hausses salariales substantielles - plus de 7% - lors des prochaines négociations pour compenser les pertes financières subies par ses membres advenant l'adoption du projet. Le contrat de travail entre les agents et la Ville de Montréal vient à échéance le 31 décembre.

Dans une entrevue à La Presse, Yves Francoeur se dit convaincu qu'il existe «un deal» entre le tandem Labeaume-Coderre et le premier ministre du Québec Philippe Couillard pour faire passer ce projet de loi. Le président de la Fraternité prévient donc les élus qu'il fera tout en son pouvoir pour s'assurer que ses membres maintiennent leurs acquis et deviennent même les policiers les mieux rémunérés du Québec.

«C'est sûr qu'on va demander des compensations pour conserver notre rang en rémunération globale», dit le leader syndical.

La Fraternité des policiers demande d'être carrément exclue du projet de loi 3, car son fonds de retraite n'est pas déficitaire. «On se demande ce qu'on fait là-dedans», s'interroge Yves Francoeur. «On comprend que des régimes de retraite ont besoin d'un coup de barre, mais comment ça se fait qu'ils visent les régimes de retraite comme le nôtre, qui est à 106% [de capitalisation]?», ajoute le syndicaliste.

Rémunération globale

Selon ses estimations, les 4600 policiers qu'il représente perdront en moyenne 114 dollars par semaine avec l'adoption du projet de loi. Cela représente une perte de 7,6% si on considère que le salaire annuel moyen est de 78 000$. En matière de rémunération globale, les agents montréalais passeraient ainsi du 3e au 30e rang dans la province. Présentement, seuls ceux de Laval et Terrebonne les précèdent.

Actuellement, les policiers de Montréal contribuent à la hauteur de 24% à leur caisse de retraite, comparativement à 76% pour la Ville. Le projet de loi 3 prévoit le partage 50-50 des cotisations entre employés et employeurs.

«Les policiers de Montréal doivent être les mieux payés au Québec», croit Yves Francoeur. Il estime qu'il est plus exigeant d'être policier à Montréal qu'ailleurs dans la province, entre autres parce que les agents de l'île «côtoient la misère humaine pendant 30 ans».

Montréal risque de ne pas être la seule municipalité devant affronter des négociations difficiles si le projet de loi 3 est adopté. Selon une compilation réalisée par la Fédération des policiers et policières municipaux du Québec, pas moins de 20 conventions collectives sont échues ou seront à échéance d'ici le 31 décembre, notamment à Québec, Laval, Sherbrooke et Gatineau.

Moyens de pression accrus

Tout comme leurs collègues pompiers, cols bleus et cols blancs, les policiers de Montréal ont par ailleurs accentué leurs moyens de pression afin de souligner leur mécontentement. Depuis plus d'une semaine, les véhicules de patrouille sont transférés d'un poste de police à l'autre. Lors d'un passage au poste de police 21, situé à l'angle des rues Sainte-Elisabeth et René-Lévesque, La Presse a pu voir plusieurs véhicules de patrouille, mais aucun appartenant au poste de l'arrondissement. De plus, un mot d'ordre a été envoyé aux membres pour qu'ils respectent «à la lettre» la convention collective. Les heures supplémentaires sont facturées et le temps alloué aux pauses repas est respecté.




À découvrir sur LaPresse.ca

  • Saccage à l'hôtel de ville

    Montréal

    Saccage à l'hôtel de ville

    Plus d'une centaine d'employés municipaux enragés contre le projet de loi sur les régimes de retraite ont laissé l'hôtel de ville de Montréal sens... »

  • FRANÇOIS CARDINAL | Invasion barbare

    François Cardinal

    Invasion barbare

    Des syndiqués municipaux ont dérapé, hier soir, en forçant leur entrée au conseil municipal. Des détritus ont été lancés. Des chaises ont été... »

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer