Mario Laprise quitte la direction de la SQ

Mario Laprise... (PHOTO ALAIN ROBERGE, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Mario Laprise

PHOTO ALAIN ROBERGE, ARCHIVES LA PRESSE

(QUÉBEC) La ministre de la Sécurité publique, Lise Thériault, a annoncé hier le départ du patron de la Sûreté du Québec (SQ), Mario Laprise, qui avait été nommé par le gouvernement Marois en octobre 2012 pour un mandat de cinq ans.

Mario Laprise retourne chez Hydro-Québec, où il a été directeur principal de la sécurité industrielle de 2005 à 2012. Une entente a été conclue entre la SQ et Hydro-Québec pour transférer M. Laprise dans de nouvelles fonctions qu'il occupera en septembre. Lise Thériault n'a donné aucun détail sur cette entente.

Elle s'est défendue d'avoir exigé la démission du directeur général de la SQ. Elle a martelé que M. Laprise a lui-même demandé de retourner chez Hydro-Québec. «Le gouvernement n'a jamais dit qu'il n'appréciait pas le travail de M. Laprise. Ce qui est une réalité, c'est que M. Laprise a émis le souhait de continuer à servir l'État québécois, et c'est ce qui va se produire, tout simplement», a-t-elle affirmé en conférence de presse, après une réunion du Conseil des ministres.

Lise Thériault n'a pas parlé à Mario Laprise. Elle est d'ailleurs restée évasive sur les circonstances entourant sa demande de transfert. Elle a dit ne pas savoir à qui le patron de la SQ a émis le souhait de «relever de nouveaux défis», ni même comment cette demande est venue à ses oreilles.

La ministre a soutenu que M. Laprise a fait un «travail incroyable» à la SQ et qu'il «se dit très heureux» de la tournure des événements.

Nomination contestée

En octobre 2012, les libéraux avaient accusé le gouvernement Marois d'avoir fait une nomination partisane en congédiant Richard Deschênes huit mois avant la fin de son mandat pour le remplacer par Mario Laprise. La Presse a déjà écrit que M. Laprise, originaire du Saguenay, est un proche du Parti québécois et du clan de Marc-André Bédard, ancien ministre de la Justice. La perquisition au siège social du PLQ en juillet 2013 et, surtout, l'envoi de deux agents de la SQ au domicile de Philippe Couillard en septembre de la même année ont fait déborder le vase chez les libéraux, ajoutait-on.

Questionnée à savoir si Mario Laprise conservera son salaire et les avantages liés au poste de DG de la SQ, la ministre a renvoyé la balle à Hydro-Québec. Mais la société d'État refuse de commenter le dossier avant le mois de septembre. Le poste qu'occupera M. Laprise est gardé secret pour l'instant. Lise Thériault a précisé que M. Laprise ne touchera pas d'indemnité de départ de la SQ.

Scepticisme au PQ

Le Parti québécois met en doute la version des faits présentée par la ministre au sujet de ce départ. «Je suis très sceptique, j'ai beaucoup de questionnements. Il [Mario Laprise] n'était pas aux côtés de la ministre lors de l'annonce, on n'a pas de lettre prouvant qu'il voulait partir. [...] Je pense que ça fait l'affaire du Parti libéral qu'il ne soit plus là, a affirmé son porte-parole en matière de sécurité publique, Pascal Bérubé. Il avait le mandat de collaborer avec l'UPAC et la commission Charbonneau, ce qui a visiblement donné des résultats. Est-ce que les enquêtes en cours sur le Parti libéral ont influencé la décision? Il y a lieu de se poser la question», a-t-il ajouté.

Lors de la réunion du Conseil des ministres, le gouvernement Couillard a décrété un nouveau processus de nomination pour le DG de la SQ, un processus qui s'inspire de celui qui prévaut dans le cas du commissaire de l'UPAC ou des juges. Les libéraux avaient promis cette mesure en campagne électorale. L'objectif est de «conférer une transparence accrue au processus» et de «redorer le blason» de la SQ, a expliqué Lise Thériault. Elle a annoncé la création d'un «comité de sélection de candidats aptes à exercer la charge de directeur général de la Sûreté du Québec». Ce comité devra soumettre, d'ici le 14 novembre, une liste d'au moins trois candidats au gouvernement, qui fera son choix par la suite. «J'imagine que d'ici Noël, on pourra avoir nomination d'un nouveau directeur», a indiqué Mme Thériault.

Les membres du comité ne sont pas rémunérés, mais ils pourront demander le remboursement de frais de voyage et de séjour liés à l'exercice de leurs fonctions.

Pascal Bérubé accuse le gouvernement Couillard de manquer de transparence en créant un comité de sélection et en nommant ses membres «derrière des portes closes», sans consulter l'Assemblée nationale.

Le directeur général adjoint à la surveillance du territoire, Luc Fillion, occupera la fonction de DG de façon intérimaire le temps que le successeur de M. Laprise soit nommé.

- Avec Marie-Michèle Sioui

Les membres du comité de sélection

  • Marie Gagnon (présidente), directrice générale de l'École nationale de police du Québec
  • Danièle Montminy, qui a notamment été secrétaire générale associée au ministère du Conseil exécutif sous le gouvernement Charest de 2007 à 2012
  • Robert Lavigne, ancien DG de la SQ
  • Richard Bélanger, ex-DG du Service de police de Châteauguay




Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer