• Accueil > 
  • Actualités 
  • > Les chauffeurs de taxi en faveur d'une «taxe de vomissement» 

Les chauffeurs de taxi en faveur d'une «taxe de vomissement»

Le problème du vomissement dans les taxis est... (Photo Olivier Jean, Archives La Presse)

Agrandir

Le problème du vomissement dans les taxis est si important que de plus en plus de villes nord-américaines imposent une «taxe» pour compenser les dépenses et les pertes des chauffeurs.

Photo Olivier Jean, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Vers 3h du matin, un samedi de février, Kozhaya a fait monter un client en état d'ébriété dans son taxi. Le client a parlé pendant tout le trajet. Arrivé à destination, il a payé sa course et n'a pas laissé de pourboire. Il a plutôt laissé un petit «supplément» que le chauffeur n'est pas prêt d'oublier.

Avant même d'ouvrir la porte, le client a eu un soubresaut et a vomi tout son alcool sur la banquette arrière.

Pratiquement tous les chauffeurs de taxi qui travaillent la nuit, le vendredi et le samedi à Montréal, ont eu droit à cela. Ce qui n'est qu'un vague souvenir embrouillé pour les fêtards le lendemain représente la fin abrupte d'une soirée de travail pour un chauffeur de taxi.

Le problème est si important que de plus en plus de villes nord-américaines imposent une «taxe de vomissement». Chicago et Austin, au Texas, ont été les précurseurs en 2012; depuis peu, les villes canadiennes leur emboîtent leur pas. En février, Toronto a autorisé des frais de 25$. Et au cours des deux dernières semaines, deux autres villes canadiennes se sont ajoutées à la liste. À Calgary, il en coûtera 100$ pour les clients à l'estomac fragile, alors qu'à Vancouver, ils devront débourser 75$.

À Montréal, les nombreux chauffeurs avec qui La Presse s'est entretenue seraient favorables à l'instauration de ce type de frais. Ils estiment que le coût d'un nettoyage varie entre 45 et 70$, selon «l'étendue des dégâts».

Il faut aussi calculer tous les clients perdus. «Quand ça arrive, la soirée est terminée, il n'y a pas de "carwash" ouvert la nuit. Il faut attendre jusqu'au lendemain», soupire Jean, qui a 30 ans de métier derrière le volant. Bien souvent, le client donne un léger pourboire supplémentaire. Mais il arrive aussi qu'il ne donne rien du tout.

«Certains laissent 20$, mais ça ne suffit pas», dit Ducasse Vilmay, chauffeur de taxi stationné à l'angle Milton et Parc.

Récemment, un client a vomi dans le taxi de Jean, mais la personne qui l'accompagnait (sobre, celle-là) a été plus généreuse. «Il m'a laissé 45$ pour le nettoyage et 80$ en plus pour la soirée perdue. Je n'ai jamais eu un client aussi consciencieux», souligne-t-il.

Légalement, le chauffeur ne peut exiger une somme plus élevée que celle inscrite au taximètre, indique le Bureau du taxi de Montréal. Pour récupérer les sommes perdues, il doit engager une poursuite aux petites créances. «Ils perdent beaucoup de temps, alors ils ne le font pas toujours», souligne Aref Salem, responsable du transport au comité exécutif de la Ville de Montréal.

Les chauffeurs prennent donc leurs précautions. Ducasse Vilmay a appris à reconnaître les signes avant-coureurs. «Quand la respiration s'accélère, que le client prend de grandes inspirations, c'est le temps d'ouvrir la fenêtre», explique-t-il. Et comme la plupart de ses collègues, il conserve toujours des sacs dans sa voiture.

Depuis février, Kozhaya refuse aussi les clients trop éméchés. Si le chauffeur est en faveur d'une taxe, il se demande toutefois comment elle pourrait être prélevée. «Si un client trop saoul refuse de payer, on fait quoi?»

La Ville ouvre la porte

La Ville de Montréal ne s'est pas encore penchée sur la création d'une «taxe de vomissement», mais elle se dit ouverte à l'idée de le faire. «Une nouvelle politique sera mise en place sous peu, et il sera possible d'étudier cet aspect, confirme Aref Salem. On est ouvert à tout pour améliorer le service. Mais il faudra voir de quelle façon on pourrait l'encadrer.»

Il ajoute que l'ajout prochain de caméra de surveillance dans les taxis pourrait donner un petit coup de pouce aux chauffeurs, puisque les clients fautifs pourront être plus facilement retracés.

Pour le moment, seuls les contrats en sous-traitance avec la Société de transport de Montréal pour le transport de personnes handicapées prévoient des frais de nettoyage.

Hailo et Uber, les applications pour commander des taxis, mentionnent sur leur site internet que des frais de nettoyage peuvent être facturés aux clients. Sur le site Uber, il est écrit que ces frais peuvent atteindre 200$. L'entreprise n'ayant pas rappelé La Presse, il n'a pas été possible de confirmer si ces frais s'appliquaient à Montréal. Mais des chauffeurs qui utilisent l'application ont affirmé que ce n'était pas le cas. Quant à Hailo, son directeur général Jeff Desruisseaux indique que les frais s'appliquent seulement lorsque la réglementation municipale le permet, ce qui n'est pas le cas à Montréal.

> Vancouver: 75$

> Calgary: 100$

> Toronto: 25$

> Chicago: 50$US

> Austin, Texas: 100$US

> Montréal: Il n'en coûte rien, sauf un peu d'amour-propre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer