| Commenter Commentaires (154)

Le choc, la charge, la charte

La toile qu'a créée Pierre Karl Péladeau entre... (PHOTO LA PRESSE)

Agrandir

La toile qu'a créée Pierre Karl Péladeau entre chroniqueurs, élus et intellectuels a joué un rôle important dans le virage identitaire du PQ.

PHOTO LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Au fil des décennies, le Parti québécois (PQ) a exploré maintes avenues pour expliquer et promouvoir l'option souverainiste. Dans les années 70 et 80, sous René Lévesque, ce fut d'abord une affaire de coeur, la grande aspiration de compléter les avancées de la Révolution tranquille par l'émancipation politique complète. Le projet, alors, tournait autour de l'affirmation nationale.

Puis, sous Jacques Parizeau, le PQ y a ajouté des chiffres, des études, une feuille de route en quelque sorte. Lucien Bouchard, le «sauveur» de 1995, a puissamment insisté sur la fierté du peuple québécois.

La protection de la langue française, bien sûr, a toujours été au coeur des préoccupations des leaders souverainistes mais jamais, avant l'ère Marois, le PQ n'était-il allé aussi loin dans la filière identitaire.

Né du choc post-traumatique de la débâcle de 2007, le virage identitaire du PQ a atteint son apogée avec le dépôt du projet de charte de la laïcité, l'automne dernier. Entre ces deux événements, des personnages ont patiemment forgé le nouveau cadre identitaire du PQ. Notre chroniqueur a remonté le fil, de la défaite humiliante de 2007 à l'arrivée fracassante de Pierre Karl Péladeau.

Le choc

26 mars 2007, soirée électorale au Québec. C'est le choc et la consternation au Parti québécois, qui vient d'enregistrer son pire résultat électoral depuis 1970, avec 28 % des votes.

Avec 36 sièges, le PQ, dirigé par André Boisclair, se retrouve deuxième opposition à l'Assemblée nationale et est secoué par une autre crise interne. On connaît la suite: André Boisclair tente de s'accrocher, mais son caucus lui montre finalement la porte, pavant la voie au grand retour de Pauline Marois.

André Boisclair, le soir de la défaite péquiste... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE) - image 2.0

Agrandir

André Boisclair, le soir de la défaite péquiste du 26 mars 2007. Le constat était clair: l'ADQ lui avait coupé l'herbe sous le pied en accaparant le dossier identitaire.

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE

Chaque défaite électorale vient avec ses leçons. Pour le PQ, le constat était clair: l'Action démocratique de Mario Dumont lui a coupé l'herbe sous le pied en accaparant le dossier identitaire.

Tout s'était passé très vite, au début de 2007: le «code de vie» d'Hérouxville, l'éclosion publique de quelques accrochages avec des groupes religieux et la formation de la commission Bouchard-Taylor, le Québec était en plein psychodrame des accommodements raisonnables, et l'ADQ s'est faufilée.

La seule bonne nouvelle, pour le PQ, c'est que le gouvernement libéral de Jean Charest est minoritaire et qu'il faudra, avant longtemps, retourner aux urnes. Il faut toutefois un plan pour ramener le PQ dans la joute identitaire.

Les premières pierres seront posées par Jean-François Lisée, qui vient de lancer Nous, un essai dans lequel il insiste sur le renforcement de la langue française, sur l'adoption d'une Constitution et d'une citoyenneté québécoises.

Le PQ, maintenant dirigé par Pauline Marois, déposera en octobre 2007 un projet de loi prévoyant l'adoption d'une Constitution québécoise. Il prévoit aussi que pour obtenir la citoyenneté québécoise (et, donc, le droit de se présenter à un poste électif), un immigrant doit avoir une connaissance «appropriée» du français.

Le PQ est revenu avec cette idée lors des élections de 2012, mais il n'était pas encore question d'une charte des valeurs ou de la laïcité.

Dans l'ombre, toutefois, des intellectuels s'activaient, préparant depuis 2007 le vrai virage identitaire du Parti québécois.

La charge

Après l'arrivée de Pauline Marois et le crash de l'ADQ, les astres sont soudainement plus favorables au PQ.

Dans l'entourage de Pauline Marois, le sociologue Jacques Beauchemin prend de plus en plus de place. Sa présence régulière au caucus irrite même quelques députés, qui estiment qu'il prend trop de place pour un non-élu. Tous ne partagent pas, en outre, ses vues identitaires et s'offusquent de les voir tranquillement s'imposer.

Les députés les plus progressistes et ceux identifiés à l'équipe économique sont inquiets ou agacés.

«Il prenait beaucoup de place, il faisait des présentations, prenait des notes et dirigeait parfois les discussions, raconte un ancien député du PQ. Il était la clé du virage identitaire pour le PQ, où certains ne voulaient pas se faire piéger par l'ADQ une deuxième fois. On était dans la définition du ''nous''.»

Selon un ancien chef de cabinet péquiste témoin de nombreuses discussions sur l'axe identitaire, c'est aussi à cette époque que Mathieu Bock-Côté et Éric Bédard arrivent dans le décor. Le premier, sociologue lui aussi, est un protégé de Jacques Beauchemin; le second est un historien influent dans les milieux nationalistes (il est aussi un ancien président des jeunes péquistes).

«Ils ont été traumatisés par les accommodements raisonnables et ils cherchaient une réponse politique, dit notre source. C'est à ce moment-là que la frange conservatrice du PQ s'est imposée et Mme Marois a suivi, même si elle n'était pas vraiment là-dedans au départ.

«Ce sont des intellectuels de combat et ils sont animés par un sentiment d'urgence à cause de la démographie [immigration et vieillissement de la population], reprend-il. Ils savent que pour la cause, Montréal est perdu et ils craignent de perdre le reste du Québec. Ils sont capables d'amener leurs réflexions à du concret, sur le plancher des vaches, en action politique, ajoute-t-il. Selon eux, la souveraineté en soi ne passe pas, il faut donc un levier.»

Et Jean-François Lisée s'est-il joint à cette mouvance, lui qui disait dans Nous s'être habitué au voile islamique et affirmant que le Québec avait plus urgent?

«Jean-François Lisée est d'abord dans la mouvance... Jean-François Lisée, mais il y voit des avantages dans ce virage», dit une autre source impliquée dans certaines discussions au sein du gouvernement Marois.

M. Lisée souffle d'ailleurs le chaud et le froid, reprend notre source.

Au moment du dépôt du projet de charte, il prônait la souplesse pour les villes (dont Montréal, dont il est le ministre responsable), puis il est revenu à la ligne dure (dérogation de cinq ans maximum). Il souhaitait aussi une clause orphelin pour les employés de l'État (en fait, surtout les employées) qui portent un signe religieux, limitant l'interdiction aux nouveaux employés.

Un autre personnage est essentiel dans la mise en place du plan identitaire du PQ, un certain Pierre Karl Péladeau, candidat-vedette dans Saint-Jérôme. Son arrivée en politique n'est pas aussi subite qu'on le dit, et la toile qu'il a créée entre chroniqueurs, élus et intellectuels a certainement joué un rôle important dans le virage identitaire du PQ.

La Charte

Un ancien membre de la direction du Parti québécois, très actif dans le mouvement souverainiste depuis des années, affirme que dès 2009, Bernard Drainville confiait à des militants péquistes que PKP souhaitait faire le saut en politique.

Chose certaine, les débats politiques, et en particulier les questions identitaires, l'intéressent. Diplômé en philosophie avant de reprendre les rênes de l'entreprise fondée par son père, il aime discuter et apprécie la compagnie de penseurs.

Il fréquente le sociologue Mathieu Bock-Côté et l'historien Éric Bédard, tous deux chroniqueurs dans le giron Québecor. Ces deux-là auraient participé à une rencontre chef-PKP l'été dernier en compagnie de Pauline Marois. La chef péquiste a aussi demandé à M. Bock-Côté de se présenter aux présentes élections, mais celui-ci a décliné l'offre.

M. Péladeau fréquente à l'occasion d'autres chroniqueurs de son empire médiatique, comme l'omniprésent Richard Martineau, et on l'a vu, notamment, au lancement du livre de Louise Mailloux (La laïcité, ça s'impose, Renouveau québécois 2011), prof de philo au cégep et candidate du PQ dans Gouin.

M. Péladeau siège aussi au conseil d'administration de la Fondation Lionel-Groulx, financée, entre autres, par Québecor, parmi de nombreux membres influents du mouvement souverainiste.

Les Mathieu Bock-Côté, Éric Bédard, Joseph Facal (qui a toujours gardé ses entrées auprès de Pauline Marois) tiennent chronique ou émission dans le groupe Québecor. Avec des gens comme Jacques Beauchemin, mais aussi l'historien Frédéric Bastien (La bataille de Londres, Éditions du Boréal, 2013) et Yvon Thériault, de l'Université d'Ottawa, ils forment ce qu'un ancien apparatchik du PQ appelle «le groupe le plus influent intellectuellement au Québec».

«C'est vraiment l'école du conservatisme identitaire, dit une source. Ils croient à l'impact d'un grand personnage sur le cours de l'histoire d'un peuple. Ils citent de Gaulle, par exemple. Ils cherchent le grand timonier.»

Ils ont cru, apparemment, que ce pourrait être PKP. Le fameux «poing en l'air» et son empressement à «faire un pays» semblent toutefois avoir eu un effet contreproductif.

PKP y est peut-être allé fort à Saint-Jérôme, mais il n'avait pas le choix de «faire une profession de foi souverainiste pour calmer les péquistes de gauche inquiets de le voir débarquer», ajoute une source à Québec.

L'arrivée de PKP au PQ devait être une étape cruciale de la contre-attaque identitaire du PQ, en plus d'apposer un sceau de prestige et de légitimité à ses aspirations nationales.

Selon une source qui a assisté à des discussions à de très hauts niveaux au sein du gouvernement Marois, la suite du virage identitaire était déjà décidée: une fois majoritaire, le PQ adopte la Charte telle que présentée, sans clause dérogatoire. Elle sera contestée et battue par une cour fédérale, ce qui fournirait un puissant levier pour la souveraineté.

C'était le plan. La réalité, pour le moment, c'est que Pauline Marois doit se défendre tous les jours de vouloir organiser un troisième référendum, et la Charte a été reléguée à un tout petit rôle dans la présente campagne.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer