Respectez nos enfants... et leurs éducatrices

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Nous sommes les parents des enfants de 3 ans identifiables sur une photo qui a amplement circulée dans les médias au Québec et internationalement sur internet, à vitesse grand V : près de 9000 partages sur Facebook en 48 heures.

Nous sommes les parents dont les enfants fréquentent une garderie privée dont les éducatrices portent le niqab. Cette photo laisse dans son sillon une vaste gamme de commentaires : tantôt violents (« 2 balles ; profitons-en, c'est la saison de la chasse »), tantôt islamophobes (« que l'on brûle ses femmes et qu'on les viole comme des cochons »), tantôt appelant à la tolérance (« ces enfants ont l'air bien et ne semblent pas être affectés par la différence »), tantôt ignorants (« ces enfants doivent faire des cauchemars le soir à force de voir des fantômes à journée longue »).  

Nous sommes les parents des enfants de la photo. Ce sera ici l'essentiel de notre propos. Pas de dérapages sur la charte, pas de pour ou contre, pas de braquage de positions, pas de oui non le niqab/hijab...

Juste un mot entre parents. Nous avons peut-être cela en commun, d'être maman ou papa?  

Lorsqu'est venu le temps de trouver une place en garderie, nous avons visité beaucoup d'endroits avec une tonne de critères en tête : l'environnement, la philosophie, le personnel, l'historique. Ces critères assez « cartésiens » comptaient pour beaucoup, mais il y avait aussi une dimension à ne pas négliger: « Qu'est-ce que ton coeur te dit? »

Dès le premier appel, une fois notre tonne de questions assez « cartésiennes » répondues, la propriétaire de la garderie nous annonce d'emblée qu'elle porte le niqab. Qu'elle comprendrait si cela nous amenait à rejeter sur le champ sa garderie.

Surgissent alors une tonne d'autres questions (voir l'article de Jenn Hardy qui relate ce cheminement). Et une voix qui résonne du fin fond de notre être: jamais, au grand jamais, nos enfants ne fréquenteront une telle garderie.

Mais que ce soit pour cette honnêteté (nécessaire) de la part de la propriétaire, par curiosité, ou dans la volonté de passer au peigne fin toutes les options, nous sommes aller visiter la garderie.

Notre coeur : celui qui permet à n'importe quel parent de prendre la décision qu'il croit la bonne pour son enfant.

Nous avons alors eu accès, lors de la visite, à la famille élargie. Nous avons pu poser toutes les questions, y compris les plus embarrassantes. Nous avons eu accès à la philosophie de la garderie, à leur vision de l'éducation des enfants, à leur douceur, à leur gentillesse, à leur ouverture. Les mamans et les enfants ont eu accès aux visages des éducatrices (qui, juste pour préciser, se dévoilent toute la journée en présence des enfants). Les papas ont dû faire un effort supplémentaire pour passer outre cette barrière physique. Mais la confiance s'est installée. Et tout cela a soufflé doucement sur nos appréhensions, sur nos peurs, sur nos doutes.

Mais le sentiment qui nous assaille depuis cette histoire de publication de photo sur internet vient brasser toutes les cartes. Notre peur n'origine pas du milieu de garde que fréquente nos enfants. Sa source est extérieure, dans notre quartier, et cible nos enfants. Elle origine des scènes horribles où des personnes jettent leur tasse au visage des éducatrices; les insultent dans le parc en présence de nos enfants. Les photographient, et nos enfants aussi. Cette fois, notre coeur nous dit que nos enfants sont en danger.

Avons-nous cela en commun, d'être parents? Quel effet cela fait, de voir son enfant sur une photo qui génèrent autant de commentaires haineux?

Parce que nous, après deux ans à les côtoyer, savons que les éducatrices sont nées et/ou ont grandit au Québec. Nous savons maintenant que leurs maris les soutiennent coûte que coûte dans le choix de se voiler ou non (conscients que choisir de se dévoiler enlèverait un stress sur la vie de famille!). Nous savons qu'elles sont éduquées, universitaires, qu'elles parlent français et anglais. Qu'elles sont pieuses. Nous savons qu'elles s'occupent de nos enfants comme si c'étaient les leur. Leur niqab est à nos yeux une décision qui leur appartient. Qu'elles qu'en soient les raisons. L'important, pour nous et nos enfants, c'est la personne, qui elle est.

De la même façon que nous serons éventuellement en désaccord avec l'accoutrement douteux de notre futur(e) adolescent(e). Ou que nous désapprouvons le divorce de nos parents, ou le carré rouge sur la veste du professeur de cegep. Les gens que l'on apprécie, dans notre entourage, dans notre famille, dans nos cercles d'amis, prennent parfois des décisions qui nous semblent douteuses et loin de nos principes. Mais ces personnes, parce que nous avons eu un peu accès à elles, parce que nous avons fait l'effort de les connaître, avant tout, nous les apprécions. Et nous choisissons d'être respectueux envers ces individus.

Aux personnes qui leur crient des insultes, les photographient : elles, et leurs maris aussi, vous ouvrent la porte pour dialoguer. Ils ne veulent pas endoctriner les enfants de ceux qui ne partagent pas leur foi. Ils veulent leur bien. Le sourire de nos enfants lorsqu'ils parlent d'elles en est la preuve.  Et si vous ne voulez pas les rencontrer, soit. Mais surtout, si vous n'êtes pas d'accord avec leurs choix, de grâce, respectez-les, et nos enfants aussi.

* (NDLR: pour protéger l'identité des enfants, nous avons choisi de taire le nom des signataires.)

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer