Quand la mafia tente de se mettre au vert

Énergie Carboneutre a des installations de décontamination place... (Photo: François Roy, La Presse)

Agrandir

Énergie Carboneutre a des installations de décontamination place Marien, près de l'autoroute Métropolitaine, dans l'est de Montréal.

Photo: François Roy, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le ministère de l'Environnement du Québec a récemment accordé un permis à une entreprise de décontamination des sols contrôlée par la mafia, selon une enquête de La Presse.

L'entreprise en question s'appelle Énergie Carboneutre. Elle a des installations de décontamination place Marien, près de l'autoroute Métropolitaine, dans l'est de Montréal. Au mois de mai dernier, le Ministère a renouvelé le certificat d'autorisation de l'entreprise alors qu'elle est contrôlée depuis plus de deux ans par des personnes proches de la mafia.

Le principal dirigeant de Carboneutre lié à la mafia s'appelle Domenic Arcuri. En février 2008, il a fait une offre d'achat aux propriétaires de Carboneutre, qui a été acceptée. Il a été convenu que le prix correspondrait à la valeur des dettes de l'entreprise, qui s'élevaient alors à 8 millions de dollars, selon la lettre d'entente obtenue par La Presse. La date de la clôture de la transaction n'est pas précisée.

Liés au clan Rizzuto

La famille Arcuri est étroitement associée au clan Rizzuto. Domenic Arcuri est le fils de Domenico Arcuri, membre notoire de la mafia italienne depuis les années 70.

Selon des documents d'écoute électronique de la GRC produits en cour, Domenic Arcuri, le fils, était présent à une importante réunion de la mafia le 22 décembre 2005 au café Consenza, à Saint-Léonard.

L'état-major de la mafia y discutait alors des moyens à prendre pour récupérer une somme de 2,5 millions placée auprès d'un financier qui n'avait pas tenu ses promesses. La plus grande part de cette somme était due à Domenic Arcuri, selon l'enregistrement. Son nom est d'ailleurs mentionné 20 fois dans le document de la GRC pour la période couvrant les enregistrements du 21 décembre 2005 au 22 février 2006.

Au bout du compte, le financier récalcitrant s'est suicidé, et certains de ses immeubles ont été remis à Domenic Arcuri et à son frère, Antonino, selon le registre foncier. Parmi ces immeubles figure le 7272, boulevard Maurice-Duplessis, à Rivière-des-Prairies. C'est là que se trouve aujourd'hui le siège social de SICN, l'entreprise par laquelle Domenic Arcuri se propose d'acheter Carboneutre.

Au registre des entreprises, Énergie Carboneutre est toujours la propriété de ses fondateurs, Benoit Ringuette et Yves Thériault. Dans les faits, c'est toutefois Domenic Arcuri et ses partenaires qui la dirigent, nous a expliqué Benoit Ringuette au cours d'un entretien téléphonique.

«La transaction traîne depuis deux ans. Ils attendent le financement pour nous payer, c'est juste une question d'argent. Ils ont fait une demande au Fonds FTQ, mais ils n'ont pas réussi à avoir l'argent. Entre-temps, nous leur avons cédé le droit d'exploiter l'entreprise, mais en contrepartie ils assument les coûts, ils paient les prêts», nous a dit M. Ringuette, l'ingénieur qui a inventé le procédé de décontamination.

Jocelyn Dupuis impliqué

SICN, l'acheteur de Carboneutre, compte parmi ses actionnaires les frères Arcuri, mais aussi une entreprise dont les bureaux se trouvent dans un immeuble appartenant à Raynald Desjardins, selon le registre foncier. Cet ami fidèle de Vito Rizutto a été condamné pour trafic de cocaïne en 1993. Il a fini de purger sa peine en octobre 2009.

Le trésorier de SICN est Giuseppe Bertolo. Selon nos sources, Giuseppe Bertolo est le frère de Johnny Bertolo, ex-trafiquant de drogue et représentant de la FTQ-Construction, qui a été assassiné en août 2005. Johnny Bertolo était un bon ami de l'ex-directeur général de la FTQ Construction, Jocelyn Dupuis, tout comme l'est toujours Raynald Desjardins.

La première apparition des frères Arcuri dans le dossier de Carboneutre remonte au mois de décembre 2007. À l'époque, leur entreprise de construction, Mirabeau, avait pris une hypothèque judiciaire sur l'usine de Carboneutre pour non-paiement d'une dette de 561 000$.

L'inventeur de la technologie de Carboneutre, Benoit Ringuette, dit avoir vu Jocelyn Dupuis et Raynald Desjardins parmi les acheteurs de Carboneutre «il y a deux ans, deux ans et demi», soit au printemps 2008. Il connaît l'historique de Jocelyn Dupuis et de Reynald Desjardins mais dit ne pas connaître le passé de Domenic Arcuri, avec qui il fait affaire.

«Je m'en fous un peu. Je ne suis pas de la police. Moi, je vends mon usine. Du moment qu'ils me paient...» a dit M. Ringuette, selon qui le financement devrait être bouclé cette année.

Une technologie prometteuse

Carboneutre aurait une technologie prometteuse, selon les financiers et les industriels à qui nous avons parlé. L'entreprise est en mesure de revaloriser des sols hautement contaminés. Autrement dit, elle peut non seulement extraire du sol des polluants comme l'huile, mais aussi revendre cette substance à des firmes externes pour leurs propres besoins, comme les cimenteries.

Selon Benoit Ringuette, la plupart des entreprises font enfouir les sols hautement contaminés après avoir obtenu une dérogation du ministère de l'Environnement plutôt que de les faire décontaminer. Carboneutre serait une des seules entreprises à faire la revalorisation des sols.

Le certificat délivré au mois de mai dernier par le ministère de l'Environnement autorise l'entreprise à traiter plus de 72 000 m3 de sols hautement contaminés par année, l'équivalent de 2000 piscines hors terre.

Réplique du Ministère

Au ministère de l'Environnement, le directeur régional, Pierre Robert, a affirmé qu'il n'était pas au courant de la présence de la mafia dans le dossier. La demande de permis au Ministère a été faite par les propriétaires officiels de Carboneutre, Benoit Ringuette et Yves Thériault, que rien ne lie à la mafia.

Quoi qu'il en soit, nous a dit Pierre Robert, «ce qui ne concerne pas la qualité de l'environnement et la responsabilité environnementale de l'entreprise, je n'ai pas à le savoir. (Que l'entreprise soit contrôlée par la mafia), je n'ai aucun intérêt à le savoir. On ne fait pas d'enquête policière».

Au moment de mettre sous presse, Domenic Arcuri n'avait pas rappelé La Presse

.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer