Liliana Ramacieri, Vimont

Liliana Ramacieri, 39 ans, entrepreneure du secteur alimentaire.... (Photo Edouard Plante-Fréchette, La Presse)

Agrandir

Liliana Ramacieri, 39 ans, entrepreneure du secteur alimentaire.

Photo Edouard Plante-Fréchette, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les Québécois éliront un nouveau gouvernement le 1er octobre prochain. D'ici là, La Presse a voulu sonder l'état d'esprit des électeurs. Nos journalistes et nos photographes ont été à leur rencontre dans 100 villes différentes dans toutes les régions du Québec. Découvrez ce que les électeurs ont à dire.

Qu'est-ce qui vous préoccupe en ce moment ?

L'éducation. J'ai une fille de 7 ans et je me demande si c'est nécessaire d'avoir deux commissions scolaires, une anglaise et une française. Et c'est vraiment important d'apprendre les deux langues. Je trouve que les francophones sont désavantagés, alors que les anglophones, comme moi, ont le choix. Ma fille va à l'école française par choix.

Quelle est la dernière chose qui vous a mis de bonne humeur ?

La musique R&B et hip-hop.

Quelle est la dernière chose qui vous a mis en colère ?

Le racisme. Quand les gens prennent des points de vue racistes qu'ils voient sur Facebook ou à la télé et basent leur opinion là-dessus sans vérifier, ça me fâche.

Quelle est la dernière personnalité publique dont la mort vous a ému ?

Le chef Anthony Bourdain. On ne sait jamais ce que les gens vivent, et pour moi, il avait une vie idéale.

Si vous pouviez et vouliez vivre dans une autre ville du Québec, laquelle serait-ce, et pourquoi ?

Montréal, au centre-ville. Il y a tellement de choses qui se passent, j'y vais souvent avec ma fille. L'an dernier, je suis allée à la place Émilie-Gamelin avec elle et on a vu une drag-queen. Ma fille a dit : « Regarde comme elle est belle. » C'est important pour moi que ma fille voie que les gens peuvent être différents. Il y a quand même beaucoup plus de diversité à Laval depuis 20 ans et c'est bien.

Si vous pouviez changer une seule chose dans votre circonscription, qu'est-ce que ce serait ?

On vit bien à Vimont, mais si j'étais un ado, j'aimerais que le service d'autobus soit meilleur.

Si vous pouviez changer une seule chose au Québec, qu'est-ce que ce serait ?

Les tensions linguistiques. Nous, on prend ça à coeur. Mon grand-père est arrivé ici après un séjour en France, il parlait français et il voulait inscrire ses enfants à l'école française, mais on lui a dit qu'on n'acceptait pas les immigrants. J'ai passé deux ans au primaire dans une école française et j'ai rencontré beaucoup de racisme comme Italienne et comme anglophone.

Quel est le dernier contenu que vous avez partagé sur Facebook ?

Les photos de mon anniversaire, dimanche dernier, avec ma famille.

Où vous voyez-vous dans cinq ans ?

Ici à Laval, en train de travailler avec mes frères et soeurs et aussi avec mes parents, même si je trouve qu'ils méritent de prendre leur retraite.

Qu'est-ce que c'est, pour vous, être québécois ?

Aimer les sports d'hiver. Je ne suis pas très bonne, mais j'en fais ! Aller à la cabane à sucre.

Faites un voeu...

Je souhaite que toutes les personnes qui souffrent de problèmes mentaux en parlent et cherchent de l'aide.

Que feriez-vous si vous gagniez une somme importante ?

Des belles vacances dans le Sud.

Dans votre vie, ces cinq objets sont-ils positifs ou négatifs ?

Téléphone

Positif.

Ordinateur

Positif.

Carte de crédit

Positif.

Télévision

Positif.

Bouteille de bière ou de vin

Positif.

Vous devenez premier ministre demain. Quelle est la première phrase de votre premier discours ?

Ne regardez pas votre voisin pour ce qu'il a ou ce qu'il n'a pas, mais demandez-vous comment l'aider. On a tous des défis.

http://www.lapresse.ca/actualites/100-villes-100-voix/201808/09/01-5192494-liliana-ramacieri-vimont.php

Si un chef de parti croisait votre chemin pendant la campagne électorale, de quelle préoccupation aimeriez-vous lui parler? Préserver votre emploi, acquérir une propriété, refaire une route dangereuse? Dites-nous ce qui vous préoccupe, et pourquoi, en 250 mots, en écrivant à centvilles@lapresse.ca en prenant soin de préciser votre nom, votre âge, ce que vous faites et la municipalité dans laquelle vous vivez. Nous publierons un certain nombre de messages pendant la campagne électorale, en septembre.




publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

la boite:4372315:box
la boite:219:box
image title
Fermer